Carrefour et CFAO partent à la conquête du consommateur africain

Femmes produit esthetiqueProfitant de l’essor de la classe moyenne, la distribution française construit des centres commerciaux sur le continent.

Les faits – Le continent africain est une terre d’opportunités pour les grands groupes internationaux de la distribution et des biens de consommation. Le français, Carrefour s’est allié au groupe franco-japonais CFAO pour conquérir le marché des pays d’Afrique de l’ouest et du centre.

Derrière un long paravent gris, d’immenses armatures métalliques ont récemment jailli de terre. En septembre prochain, les Abidjanais pourront faire leurs courses dans un complexe de 20000 m2 sur le boulevard Valéry Giscard d’Estaing au pied du carrefour Solibra, lieu de passage entre les quartiers sud et nord de la métropole. Il abritera le premier hypermarché Carrefour d’Afrique de l’ouest et une galerie commerciale comptant une cinquantaine de boutiques. Ce projet est mis en œuvre par le géant français de la distribution et CFAO, le partenaire des grandes marques en Afrique. La joint-venture projette d’installer 100 magasins Carrefour sur le continent, dont trente au sein de complexes commerciaux. Cela se fera dans huit pays d’Afrique de l’ouest et du centre d’ici 2023 (*).

Après Abidjan, les ouvertures se feront notamment au Nigeria, au Cameroun et au Gabon. « Nous allons permettre à la classe moyenne émergente de passer des marchés traditionnels à la distribution moderne, explique Xavier Desjobert, directeur général de CFAO Retail. Le client africain est ouvert à la consommation. On n’a pas besoin de le réenchanter comme en France, mais de lui proposer une offre de bonne qualité ».

Les perspectives de marché sont alléchantes. La classe moyenne africaine devrait passer de 370 millions de personnes à plus de 600 millions en 2050. De 400 millions en 2009, la population urbaine atteindra le milliard en 2040. Un pays comme le Nigeria compte déjà 18 villes de plus d’un million d’habitants. Selon un rapport récent de McKinsey, les Africains pourraient dépenser près de 1000 milliards de dollars dans les industries de biens de consommation en 2020. La réponse à cette demande est à la mesure de l’aventure commerciale.

Pour l’alimentaire, les promoteurs du projet visent un profil classique, la ménagère de moins de 50 ans. Mais, le business plan et la gamme varient selon les pays (habitudes de consommation, contenance…). Entre 15000 et 20000 produits seront proposés par saison. Un défi logistique qui passe par la structuration de l’offre, la formation du personnel, la mise en œuvre de chaînes locales de production, le respect de la chaîne du froid… «60% des produits seront importés par nos centrales d’achat, les 40% restant seront achetés aux industries locales», ajoute Xavier Desjobert. Tout le travail actuel consiste à parvenir à obtenir une qualité aux standards de Carrefour et un approvisionnement régulier. Pour remplir les galeries, CFAO mettra en œuvre un concept de «club des marques». Les premières à signer sont L’Occitane, La Grande Récré, Cache Cache, Bonobo et Kaporal, des enseignes françaises. «Beaucoup d’Africains consomment déjà ces produits lorsqu’ils viennent en Europe, nous allons répondre à leur envie de consommer localement», poursuit Xavier Desjobert. Distributeur exclusif de ces franchises, CFAO a commencé à recruter son personnel qu’elle souhaite le plus flexible et polyvalent afin de réaliser des économies d’échelle. En fonction des besoins, les directeurs et le personnel pourront passer d’un magasin à l’autre.

Avant CFAO et Carrefour, Auchan et Casino ont tenté l’aventure africaine… avec des fortunes diverses sur un marché de plus en plus concurrentiel. Quelque 180 projets d’implantation commerciale sont prévus en Afrique d’ici 2017. Ils concernent aussi le sud-africain Shoprite, qui étend sa toile au sud du Sahara, l’américain Wal-Mart, le plus grand distributeur mondial, qui a acquis 52% du sud-africain Massmart, le français Géant Casino.

A Abidjan, Carrefour s’implante non loin des centres commerciaux Cap Sud et Prima Center qui comptent leurs propres supermarchés et boutiques. La guerre des prix et des offres ne fait que commencer.

Par Pascal Airault
L’Opinion

(*) Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Nigeria, RD Congo et Sénégal.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*