Casamance : Bissau déterminé à travailler main dans la main avec Dakar pour un retour définitif de la paix

VIOLENCE EN CASAMANCE Bandes armeesLes autorités bissau-guinéennes sont déterminées à travailler main dans la main avec celles du Sénégal pour un retour définitif de la paix en Casamance, a assuré le préfet de Sao-Domingos, Rui Dacosta, samedi à Mpack, un village du département de Ziguinchor (sud-ouest) situé à la frontière avec la Guinée Bissau.

« Encore je voudrais vous réaffirmer notre détermination à travailler main dans la main pour trouver une paix définitive en Casamance et en Afrique », a-t-il lancé au gouverneur de Ziguinchor, à l’occasion de la cérémonie officielle de remise des ex-otages aux autorités sénégalaises, par celles de la Guinée-Bissau.

C’est aux environs de 12h57 mn que les neuf démineurs sont arrivés à Mpack, accompagnés d’une délégation conduite par le préfet de la localité bissau-guinéenne de Sao-Domingos, Rui Dacosta.

Sur place, ils ont été accueillis par une délégation officielle dirigée par le gouverneur de la région de Ziguinchor, Cheikh Tidiane Dieng, comprenant notamment Robert Sagna, président du Comité de réflexion pour la paix en Casamance.

Les retrouvailles entre les ex-otages, qui ont passé plus de deux mois en captivité, et leurs familles se sont déroulées dans une ambiance empreinte d’émotion.

Le préfet de Sao-Domingos a, dans son allocution, mis en exergue la volonté des autorités de son pays d’oeuvrer au retour de la paix dans la partie méridionale du Sénégal, secouée par un conflit lié à la rébellion du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC).

« Je voudrais, au nom du gouvernement de la Guinée-Bissau, réaffirmer notre détermination de travailler ensemble avec le gouvernement du Sénégal pour trouver une paix définitive » en Casamance, a souligné le préfet de Sao-Domingos.

« J’ai toujours dit que le voisinage ne s’inventait pas. C’est une chose naturelle. Donc, si ton voisin a un problème, c’est aussi ton problème. Aujourd’hui, nous sommes là, parce qu’il y a une relation de confiance entre l’Etat du Sénégal et l’Etat de la Guinée-Bissau », a-t-il expliqué.

Il a souligné que le gouvernement de son pays souhaitait s’impliquer dans la résolution de la crise en Casamance, à travers les organisations non gouvernementales. Il en a profité pour remercier l’ONG “Mom Ku Mom” (Main dans la main, en créole bissau-guinéen), qui a facilité la libération des ex-otages.

« […] on ne peut pas, en de pareilles occasions, croiser les bras et dire que ce n’est pas notre problème, mais c’est un problème du Sénégal. C’est notre problème à tous. Heureusement que la preuve est là », a-t-il encore affirmé.

Robert Sagna, le président du Comité de réflexion pour la paix en Casamance, a remercié les autorités bissau-guinéennes, partie garante dans le conflit casamançais, mais aussi les autorités sénégalaises, l’ONG “Mom Ku Mom”, les dignitaires religieux et coutumiers et les organisations de femmes.

M. Sagna, ancien maire de Ziguinchor, a aussi remercié César Atoute Badiate, chef militaire du MFDC, soulignant que « c’est un homme de paix », toujours déterminé et engagé pour un retour de la paix autour d’une table de négociations.

Selon lui, il appartient au MFDC de saisir au bond l’appel lancé par le président Macky Sall dès son accession au pouvoir, pour que la crise casamançaise soit réglée autour d’une table de négociations.

Le gouverneur de la région de Ziguinchor, Cheikh Tidiane Dieng, a salué l’ouverture d’esprit de César Atoute Badiate qui, selon lui, a permis la libération des 12 ex-otages travaillant pour l’opérateur sud-africain Mechem.Source:

APS

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*