Ce que Toussaint Manga et Cie ont dit à la police

e315a6b60b6be31230ff70b8f97fed4fInculpés hier et placés sous mandat de dépôt à la prison de Rebeuss, Toussaint Manga, Gallo Tall, Bocar Niang, Aminata Sakho, Djibril Sarr, Serigne Ndame Dieng, Daouda Dièye et Pape Fall seront jugés devant le tribunal des flagrants délits de Dakar ce jeudi. Selon l’article 98 du Code pénal, ils risquent une peine de 5 ans.

Lors de leurs auditions devant la police, rapporte «L’Observateur», ils ont presque tous reconnu avoir participé à la marche interdite par le préfet, mais nient avoir troublé l’ordre publique. Le Secrétaire général de l’Union des jeunesses travaillistes libérales (Ujtl), Toussaint Manga, soutient que «le but de leur manifestation était de dénoncer les violations graves des principes de liberté faites par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) qui a été mise en place dans le seul but de prendre en otage des responsables politiques de (leur) parti».

Gallo Tall, lui, dira aux policiers que «le Sénégal n’est plus dans le régime d’autorisation, mais de déclaration de marche». Une manière de dire qu’ils avaient le droit de battre le macadam.

Bocar Niang, un des membres du personnel de sécurité chargé de la protection de Me Wade, pour sa part, explique qu’il n’a pas eu le temps de jeter des projectiles aux policiers.

Quant à Aminata Sakho, elle soutient que les membres du Pds et leurs alliés dénoncent «l’injustice et l’arrestation arbitraire de certains de (leurs) camarades».

L’étudiant libéral, Djibril Sarr, fait comprendre aux policiers qu’il n’y avait pas nécessité d’une autorisation pour que le Pds et ses alliés tiennent leur marche.

Serigne Ndame Dieng, Secrétaire administratif de la Fédération Pds de Paris soutient que l’arrêté préfectoral ne respecte pas la Loi fondamentale (la constitution)

Daouda Dièye, conseiller municipal à la mairie de Mermoz explique qu’ils voulaient «dénoncer l’injustice et l’arrestation arbitraire de certains libéraux». Il n’y a que Pape Fall, membre du Mouvement «Takhawou Karim» qui a déclaré qu’il ne savait pas que la manifestation n’était pas autorisée.

Reste à savoir s’ils vont convaincre le juge de leur innocence.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*