CEDEAO : création de centres nationaux contre le « terrorisme » d’ici à juillet 2016

la-CedeaoLe Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a décidé jeudi à Abidjan de mettre en place d’ici à juillet 2016 des centres nationaux d’ »alerte précoce » pour faire face aux « menaces qui touchent la région », notamment le « terrorisme », selon une source proche du dossier.

Cette mesure vise à installer « d’ici au mois de juillet 2016, un Centre national de coordination du mécanisme de réponse pour faire face aux menaces émergentes qui touchent la région, notamment le terrorisme », a précisé cette source.

Ce centre devra mettre en place des mécanismes pour prévenir les menaces telles « la piraterie maritime, la maladie à virus Ebola « , selon les recommandations de l’atelier des experts sur le rôle et le fonctionnement des centres d’ »alerte précoce et prévention des Conflits (ECOWARN) ».

A ces « menaces émergentes dont l’extrémisme violent », les experts ont ajouté « le changement climatique, le trafic humain, les épidémies ou pandémies », qui ont des conséquences fâcheuses sur la sécurité humaine et le développement humain.

Des Etats membres de la CEDEAO ont été la cible d’attaques djihadistes ces cinq derniers mois. Après une fusillade et prise d’otages survenues au Radisson Blu de Bamako en novembre 2015, un réceptif hôtelier a été visé mi-janvier à Ouagadougou, avant l’assaut mené par des « terroristes » sur une plage de Grand-Bassam, à 43 Km à l’Est d’Abidjan.

Le directeur du Centre d’observation et de suivi (Alerte Précoce), de la CEDEAO, Dr. Gueye Abdou Lat, a déploré « l’existence de mouvements armés liés à des conflits à dimension ethnique, religieuse, nationale avec des répercussions sur les communautés ».

Il a indiqué que la collecte et l’analyse de ces données devraient permettre « d’obtenir des informations d’alerte précoce et de proposer des réponses rapides visant à contenir les risques par des actions de promotion de la sécurité humaine, du dialogue et de la médiation constants ».

L’initiative du déploiement du mécanisme dans les Etats membres a été adoptée en juillet 2014. Elle bénéficie d’un « soutien financier du gouvernement des Etats-Unis pour une période de cinq ans ».

OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*