Centrafrique : Amnesty International dénonce des massacres de civils

Des membres de la Croix-rouge recherchent des corps sur le site des affrontements, à Bangui
Des membres de la Croix-rouge recherchent des corps sur le site des affrontements, à Bangui
Des membres de la Croix-rouge recherchent des corps sur le site des affrontements, à Bangui

L’ONG internationale de défense de droit de l’homme, Amnesty International s’inquiète de la situation délétère qui est en cours en République centrafricaine. Elle déplore le massacre des civils durant ces dernières semaines

Dans un communiqué qu’elle vient de rendre public, l’organisation déplore le fait que «malgré le déploiement de la nouvelle mission de maintien de la paix des Nations unies le 15 septembre, des dizaines de civils, dont plusieurs enfants, ont été tués et des milliers de personnes  déplacés ces dernières semaines».

Amnesty International invite la MONUSCO à prendre des mesures plus fermes pour véritablement protéger les civils et ce, en toute urgence. Cette demande est fondée sur le constat selon lequel, les populations centrafricaines payent un lourd tribut dû à l’intensification du conflit entre différents groupes armés.

Malgré la présence en Centrafrique des milliers de soldats de la communauté internationale, Amnesty International relève que l’ex-rébellion Séléka, les milices anti-balaka ou encore des combattants armés, sont toujours actifs dans le pays.

«Tous les camps (…) prennent systématiquement pour cibles les civils qu’ils soupçonnent de soutenir leurs adversaires», indique la note d’Amnesty International.

L’organisation prévient la Communauté internationale que la situation en RCA «reste extrêmement explosive et dangereuse».

© OEIL D’AFRIQUE

In the Spotlight

A LA UNE!

by bishba in A LA UNE 0

Related Posts:Ces hauts magistrats que Macky Sall maintient…Une jeune lycéenne a voulu couper le pénis de son…Ça chauffe ! Ce responsable de l’APR veut brûler…l’APRLes aveux brûlants d’Aïda MbackéBanquerouteL’intégralité De La Longue Déclaration De Politique…Direct [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*