Centrafrique : Bozizé prêt à revenir sur l’arène politique

L’ex-président-François-BozizéFrançois Bozizé chassé du pouvoir en mars 2013 par la Seleka, entend revenir sur la scène politique. Dans une lettre adressée aux Centrafricains le 10 décembre 2014, l’ancien président a annoncé qu’il était prêt à revenir sur la scène politique pour prendre part au futur dialogue inter-centrafricain de Bangui, mais également à l’élection présidentielle.

«Le président Bozizé n’a pas perdu ses droits civiques ni politiques. Il est le président fondateur du KNK et c’est le candidat le mieux placé au sein du KNK pour être notre représentant pour les futures élections présidentielles», a déclaré l’intéressé pour rompre le silence. Donc François Bozizé affiche ses ambitions pour la prochaine présidentielle centrafricaine. Le président déchu a dénoncé sur le plan sécuritaire le «caractère inopérant de l’accord de Brazzaville censé créer un climat plus propice à une normalisation de la situation». Cet accord a été signé en juillet 2014.

Selon François Bozizé, la Seleka a mis un coup d’arrêt à plusieurs projets majeurs de développement du pays. Selon l’ancien président, la production de coton s’apprêtait à battre des records, le pétrole de la Vakaga était sur le point d’être exploité et les négociations avec Areva «étaient en cours» visant «l’exploitation de l’uranium de Bakouma», etc.

Bertin Béa, secrétaire général du KNK a réagi à la déclaration de l’ancien président concernant son retour en politique. «Pour résoudre la question centrafricaine aujourd’hui, il faut bien impliquer tous les acteurs nécessaires. Nous ne pensons pas seulement au président Bozizé, mais nous pensons notamment Djotodia et que sais-je encore», explique Bertin Béa, secrétaire général du KNK, cité par RFI.

Enfin, évoquant la plainte déposée en France contre sa personne pour des commissions occultes présumées dans des contrats miniers, François Bozizé interdit de voyage par le Conseil de sécurité de l’ONU, a assuré que sans cet empêchement, il ne s’inquiéterait en rien dans cette affaire. Il indique qu’il serait même prêt à répondre à la justice française.

 OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*