Charlie Hebdo : Zinder, Bamako,Karachi ,Islammabad, Algérie, Istanbul, Washington condamne les violences dans le monde musulman


Mali_Manif-anti-Charlie-Hebdo01Dans plusieurs pays, des manifestations hostiles à la caricature du prophète Mahomet par Charlie Hebdo se sont déroulées, suivies parfois de violents débordements, faisant notamment quatre morts au Niger. Un photographe a été grièvement blessé par balle au Pakistan.

Au Niger, quatre personnes sont mortes dans des heurts entre des manifestants et les forces de l’ordre et le Centre culturel français a été incendié vendredi à Zinder, la deuxième ville du pays, lors d’un rassemblement contre Charlie Hebdo.
AFP


Niger_Manif-anti-Charlie-HebdoLes caricatures de Mahomet dans Charlie Hebo ne plaisent pas à tout le monde. Dans plusieurs pays à majorité musulmane, des manifestations ont eu lieu ce vendredi, jour de prière, pour dénoncer le «blasphème» imputé à l’hebdomadaire satirique. Certains rassemblements ont conduit à des débordements, notamment au Niger, où quatre manifestants ont trouvé la mort et où le centre culturel français a été incendié, et au Pakistan, où un photographe de l’Agence France presse (AFP) a été blessé par balle.

«Aucun acte journalistique ne justifie un acte de violence»
Les Etats-Unis ont condamné vendredi les violences qui ont émaillé des manifestations dans des pays musulmans contre l’hebdomadaire français Charlie Hebdo, réaffirmant le droit «universel» de la presse à publier librement tous types d’informations, y compris des caricatures.

«Nous exhortons tout le monde à s’abstenir de toute violence, à faire preuve de retenue et à respecter l’Etat de droit», a commenté un porte-parole du département d’Etat, Jeffrey Rathke, interrogé sur les violences au Pakistan et au Niger visant notamment des intérêts français. «Aucune acte journalistique légitime, aussi insultant soit-il aux yeux de certains, ne justifie un acte de violence», a argumenté le responsable américain.

«Les médias publient souvent des informations censées provoquer un débat. Nous pouvons ne pas être toujours d’accord avec une opinion en particulier ou avec tous les contenus, mais le droit de publier une information est fondamental et universel», a encore expliqué le responsable américain.

Niger : quatre morts, le centre culturel français de Zinder incendié. Au moins quatre personnes sont mortes dans les manifestations anti Charlie Hebdo dans le pays. Il y aurait également une cinquantaine de blessés. Quatre personnes sont mortes et 45 ont été blessées vendredi à Zinder, deuxième ville du Niger, dans les manifestations contre la publication du dernier numéro de Charlie Hebdo, a annoncé le ministre nigérien de l’Intérieur.

Niger_Manif-anti-Charlie-Hebdo01Parmi les quatre victimes figurent trois civils et un gendarme, a déclaré le ministre Massaoudou Hassoumi. Vingt-deux agents des forces de l’ordre ont été blessés, ainsi que 23 manifestants, a-t-il détaillé sur les ondes de la radio nationale. Dans la même ville, le Centre culturel français de Zinder a été incendié. Une cinquantaine de personnes ont «cassé la porte» d’entrée, puis «mis le feu» à la cafétéria, à la médiathèque et à des locaux administratifs du CCF, malgré des «tirs de sommation» de deux policiers présents pour protéger le complexe, a déclaré Kaoumi Bawa, le directeur du centre de Zinder, ville située dans le sud, non loin de la frontière avec le Nigeria.


 Niger_Manif-anti-Charlie-Hebdo02zinder le drapeau français brûlé.

Pakistan : un photographe de l’AFP grièvement blessé. Un photographe de l’Agence France-Presse a été grièvement blessé par balle vendredi lors de heurts entre la police pakistanaise et des manifestants hostiles au quotidien satirique Charlie Hebdo devant le consulat français de Karachi. Le photo-reporter Asif Hassan a été atteint d’une balle dans les poumons, puis transporté d’urgence à l’hôpital Jinnah, où il a subi avec succès une intervention chirurgicale.

«La balle est entrée dans son poumon et est ressortie par sa poitrine. Il est hors de danger dans l’immédiat», a déclaré le porte-parole de cet hôpital de la métropole pakistanaise. Selon la police et des témoins, la balle provenait du camp des manifestants, mais il n’a pas été possible de confirmer cette information, les protestataires accusant la police d’avoir ouvert le feu. Les grands partis islamistes avaient appelé à des manifestations nationales contre la Une de Charlie Hebdo. Des manifestations avaient aussi lieu vendredi à Islamabad, Lahore (est), Peshawar (nord-ouest), et Multan (centre) où un drapeau tricolore français a été brûlé.

Algérie : des milliers de manifestants à Alger. L’Algérie a vu des milliers de manifestants, hostiles à la Une de Charlie Hebdo, battre le pavé pour dénoncer les caricatures du prophète Mahomet. Ils répondaient à plusieurs partis notamment islamistes qui ont appelé jeudi à une marche contre le journal satirique français. La manifestation s’est toutefois déroulée loin de l’ambassade et du consulat de Français, très protégés et devant lesquels aucune manifestation n’y est autorisée.

La foule s’est élancée peu après la prière du vendredi du quartier populaire de Belcourt, vers la place du 1er mai. Puis des centaines d’autres fidèles, pas seulement islamistes, ont rejoint les rangs des manifestants brandissant des pancartes avec des slogans: «Nous sommes tous Mohamed (NDLR, le prophète Mahomet)». Certains ont aussi crié leur soutien aux frères Kouachi, les tueurs de l’équipe de Charlie-Hebdo, le 7 janvier dernier, et que certains ont qualifiés de «martyrs».

Turquie : les frères Kouachi célébrés en héros près d’une mosquée. Aux abords de la mosquée Fatih, à Istanbul, une centaine de personnes se sont réunies ce vendredi pour saluer la mémoire des frères Kouachi. Ils étaient rassemblés à l’appel d’une association islamique radicale et ont déployé une banderole à l’effigie de l’ancien chef d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden, ainsi que des pancartes « Nous sommes tous Kouachi ».

Une centaine de manifestants rendent hommage aux frères Kouachi à Istanbul

Rassemblements aussi au Sénégal, au Mali et en Mauritanie. Des milliers de Mauritaniens se sont rassemblés, ce vendredi à Nouakchott, la capitale. Ils ont manifesté devant le palais présidentiel et d’autres ont pris la direction de l’ambassade de France, pour protester contre Charlie Hebdo. Même constat à Bamako, au Mali, et à Dakar, au Sénégal ou des manifestants ont protesté contre la caricature du prophète Mahomet.

«Aucun acte journalistique ne justifie un acte de violence»
Les Etats-Unis ont condamné vendredi les violences qui ont émaillé des manifestations dans des pays musulmans contre l’hebdomadaire français Charlie Hebdo, réaffirmant le droit «universel» de la presse à publier librement tous types d’informations, y compris des caricatures.

«Nous exhortons tout le monde à s’abstenir de toute violence, à faire preuve de retenue et à respecter l’Etat de droit», a commenté un porte-parole du département d’Etat, Jeffrey Rathke, interrogé sur les violences au Pakistan et au Niger visant notamment des intérêts français. «Aucune acte journalistique légitime, aussi insultant soit-il aux yeux de certains, ne justifie un acte de violence», a argumenté le responsable américain.

«Les médias publient souvent des informations censées provoquer un débat. Nous pouvons ne pas être toujours d’accord avec une opinion en particulier ou avec tous les contenus, mais le droit de publier une information est fondamental et universel», a encore expliqué le responsable américain.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*