Cheikh Lô, apôtre du peace and love

Cheikh Lô, apôtre du peace and love
Cheikh Lô, apôtre du peace and love
Cheikh Lô, apôtre du peace and love

Cheikh Lô, apôtre du peace and love

Cheikh Lô arbore d’interminables dreadlocks qui lui balaient les jambes quand il ne les noue pas sur le haut du crâne. Mais il n’est pas rasta. Cheikh Lô ne se sépare jamais de ses Ray Ban aviator. Mais il n’a rien d’une rock star. Cheikh Lô est une figure illustre des musiques africaines actuelles. Mais il préfère cultiver l’humilité et la discrétion.
A 60 ans, le chanteur et guitariste sénégalais poursuit une carrière qui n’a jamais emprunté les sentiers battus. A son image, sa musique impose son propre style, hors du commun. Son nouvel album, Balbalou, ne déroge pas à la règle.

Cinq albums en presque deux décennies de carrière discographique, à raison d’un tous les quatre ou cinq ans. Voilà la cadence du sage et olympien Cheikh Lô. « C’est bien d’aller doucement mais sûrement, souffle-t-il, ça laisse le temps de réfléchir, de parfaire ».

Une démarche que ce fils de bijoutier entreprend pour chacune de ses productions : ciseler, peaufiner, tel un orfèvre. Né de parents sénégalais au Burkina Faso, à Bobo Dioulasso, capitale culturelle où les musiciens sont légion, il a fait de la musique sénégalaise, et du mbalax, l’écrin de sa musique, tout en l’inscrivant dans le large cercle du blues, du funk, du reggae, ou des musiques afro cubaines et brésiliennes.

Après une longue collaboration avec le producteur anglais Nick Gold, c’est au suédois Andreas Unge qu’il a confié la réalisation de Balbalou, magnifique conte philosophique sur la création qui fait l’objet d’un titre où le trompettiste Ibrahim Maalouf est convié.

D’autres invités viennent jammer sur cet opus réjouissant, comme la diva malienne Oumou Sangaré ou le duo pétillant réunissant la chanteuse brésilienne Flavia Coelho et l’accordéoniste français Fixi.

Cheikh Lô y rend aussi hommage aux fondateurs de la confrérie des Mourides, puissante confrérie musulmane au Sénégal et de celle des Baye Fall (branche du mouridisme), dont il fait partie.

« Les Baye Fall portent des habits multicolores, faits de patchworks, précise-t-il, toutes ces couleurs représentent l’univers, l’harmonie ». Cette dimension spirituelle et humaniste fait aussi de Cheikh Lô un fervent défenseur de la paix et un antimilitariste forcené.

Dans Balbalou, sa voix gutturale au timbre si particulier prône l’amour, célèbre les héros du continent africain, le panafricanisme et dénonce les coups d’états. Des chants d’amour et de paix aux accents marleyens bienheureux par les temps qui courent.

Balbalou, de , Chapter Two

En concert au  à Paris (La Cigale) le 10 octobre, à la  à Marseille le 16 octobre, à Montpellier le 27 janvier 2016

Le Prix  2015, dont Cheikh Lô est lauréat, lui sera remis le 25 octobre à Budapest

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*