CHOIX DE MIMI TOURE COMME PM, « POLITISATION » DU MINISTERE DE LA FEMME Fatou Sow Sarr étale ses « vérités »

La nomination de Mimi Touré comme Pm ne doit être un motif immodéré de satisfaction pour les actrices et militantes de la cause féminine au Sénégal. Voilà la conviction de Fatou Sow Sarr, la directrice du Laboratoire genre de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui invite à mettre un bémol à l’enthousiasme soulevé par une telle nomination.

fatou_sow_sarrS’exprimant au cours de l’émission politique Grand jury de la Rfm, la socio-anthropologue a dénoncé par ailleurs la politisation du ministère de la Femme, devenue une sorte de « succursale des partis politiques au pouvoir».

Même si elle se réjouit de la nomination d’Aminata Touré comme Premier ministre du Sénégal, Fatou Sow Sarr a invité de fait les militantes de la cause féminine à mettre du bémol dans leur enthousiasme. «La nomination d’Aminata Touré a soulevé tellement d’enthousiasme qu’on a commencé à dire oui on est en train de dire les femmes viennent de gagner », a ainsi souligné la directrice du laboratoire genre. Il n’empêche que la militante des droits des femmes a plaidé la prudence. «Si nous restons fidèles à notre démarche qui est de regarder les indicateurs, la réalité est que le nombre de femmes dans le gouvernement peut se compter sur le bout des doigts d’une main», a-t-elle ainsi fait savoir.

Et de faire remarquer en se désolant que «Le nombre de femme dans le gouvernement est extrêmement faible. Elles sont cinq». Allant plus loin toutefois, la sociologue soulignera que «Ce qui est intéressant par contre, c’est que l’arrivée de Aminata Touré à la tête du gouvernement marque une nouvelle phase dans la lutte des femmes ». Sur la lancée, Mme Fatou Sow Sarr n’a pas manqué de saluer le rôle du Président sortant par rapport à la promotion des femmes.

D’après elle, avec Wade qui est un juriste et un sociologue, il était très facile de discuter des questions philosophie sur la question du genre. «C’est impossible avec le président Macky Sall qui est ingénieur préoccupé plus par l’efficacité par rapport aux résultats qu’il veut atteindre », a-t-elle avancé. Se prononçant par ailleurs sur les nominations ministérielles, Fatou Sow Sarr a dénoncé la politisation du ministère de la Femme , en affirmant que ce département a souvent été une «succursale des partis politiques au pouvoir».

«C’est depuis l’arrivée de Mantoulaye Guène [à ce département ministériel] qu’on a commencé à constater une politisation du ministère de la Femme qui, jusqu’à nos jours, n’est pas un instrument public au service de la nation sénégalaise, au même titre que le ministère de l’Agriculture, celui de la Pêche ou de l’Industrie, mais une simple succursale des partis politiques au pouvoir», a de fait déclaré Mme Sarr. Et de poursuivre en disant que «C’est inacceptable. Il faut arrêter cela»,

En conclusion, la directrice du Laboratoire genre de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar a dit sa conviction que le ministère de la Femme «doit être transitoire». «Le ministère de la Femme n’est pas un ministère social. […] Puisque nous nous battons pour l’égalité et la parité, c’est un ministère qui doit disparaître dans le futur. C’est un ministère qui ne doit être là que de manière transitoire», a martelé la militante de la cause féminine.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*