Chorégraphie avec des handicapés, une danse pour faire tomber les préjugés

Chorégraphie avec des handicapés
Chorégraphie avec des handicapés
Chorégraphie avec des handicapés

L’association «Célébé Yonn» (carrefour en français) forme à la danse afro-contemporaine des handicapés visuels et moteurs. Le spectacle inspiré du thème «Je danse, viens voir» sera présenté dans différents écoles en Italie pour faire tomber les préjugés. 

Ils sont une vingtaine de handicapés dans le groupe. Sept sont moteurs, le reste est visuel. Parmi eux, il y a des femmes comme des hommes. Lundi, ces danseurs dont on voit rarement à l’œuvre sur les podiums sénégalais effectuent leur dernière séance de répétition avant le voyage qui les mènera à partir de lundi en Italie.

Dans une salle du Grand Théâtre de Dakar, au début de la scène, on croit être devant un groupe qui  faisait sa gymnastique. Ils exercent des appuis avant et arrière, des étirements.

Ensuite, viennent les mouvements artistiques : Sautillement, des marches rapides ou les danseurs tournent en rond et évitent de se toucher comme si l’autre constitue un obstacle.

Des cordes de différentes couleurs et de petits ballons en plastique ainsi qu’un tam-tam constituent le matériel de travail. Les formateurs usent de gestes accompagnés de paroles pour faciliter la compréhension de la chorégraphie. Car certains ne peuvent pas voir les pas exécutés. C’est de la danse afro-contemporaine adaptée à la tradition africaine (sabar, ballet guinéen), selon le directeur artistique de l’association culturelle «Célébé Yoon», Serigne Abdoulaye Kouyaté. Il précise que les chorégraphies sont inspirées des danses traditionnelles africaines.

C’est dans cette ambiance bon enfant que l’association prépare son spectacle de danse handicap. Les chorégraphies à assimiler s’inspirent du thème général du programme intitulé «Je danse, viens voir».  Elles seront présentées durant un mois (du 16 février au 16 mars prochain) dans différentes écoles en Italie.

L’association culturelle «Célébé Yonn» est conviée par le Comité territorial de personnes handicapées de la Campanie, au sud de l’Italie. Selon le directeur artistique, Serigne Abdoulaye Kouyaté, l’association sera représentée par cinq invalides moteurs qui seront accompagnés de quelques membres de l’association.

Le but est de partager des spectacles de danse et techniques chorégraphiques avec d’autres handicapés. Chorégraphe, danseuse et présidente de l’association, Maïmouna Ndiaye invite à aller à l’encontre des préjugés et à changer les regards en mettant en avant le potentiel de tout un chacun.  «Travailler avec ces invalides n’est pas chose aisée», lance-t-elle. Selon Maïmouna Ndiaye, la tolérance, la patience, la compréhension sont les qualités souhaitées pour leur inculquer ce savoir artistique. 

«Il faut  une bonne  formation  pour pouvoir  former ces infirmes», dit-elle. La peur et la crainte de blesser constituent les obstacles que rencontrent les formateurs. Pour la présidente, «tout le monde est handicapé, que l’on en soit conscient ou pas, on doit arrêter de voir ce qu’ils sont incapables de faire au profit de ce qu’ils sont capables de faire. Nul n’est parfait». 

Maïmouna est guidée par l’ambition de s’investir sur l’accès et l’accueil des personnes non voyantes et handicapées moteurs dans les différentes structures de formations gratuites en danse professionnelle et amateur. Car pour elle, rares sont les danseurs qui se forment pour partager leur expérience avec des invalides. «Etre handicapé ne veut pas dire être limité, ils sont capables de danser, de vivre l’art», confie-t-elle.

«Célébé Yonn» créée depuis 2012 propose aux personnes handicapées (moteur et déficients visuels) à travers des formations, la pratique de danse afro-contemporaine ainsi qu’un développement de la créativité artistique qui sommeille en eux. Pour Serigne Abdoulaye Kouyaté la formation «permet à la personne handicapée de prendre conscience d’elle-même, de comprendre l’importance de l’apport de l’autre, d’avoir confiance en soi et de pouvoir développer son coté artistique». Après l’Italie, l’association ira en France au mois de mai avec les handicapés visuels cette fois-ci.

Diouma SENE 

(Stagiaire)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*