CIRCULATION ILLICITE DES ARMES LEGERES ET DE PETITS CALIBRES Le Sénégal durcit son dispositif de veille

La circulation illicite des armes légères et de petits calibres
La circulation illicite des armes légères et de petits calibres
La circulation illicite des armes légères et de petits calibres

Le Sénégal va renforcer dans les prochains jours son dispositif de lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petits calibres. L’annonce a été faite hier, lundi 21 octobre 2013, à Dakar, par Augustin Tine, ministre des Forces armées. Il présidait la cérémonie d’ouverture de l’atelier «sur les connaissances fondamentales en matière d’enquêtes et de poursuites de faits liés au trafic d’armes à feu et autres infractions impliquant les armes à feu”.

La multiplication des foyers de tension un peu partout dans la sous-région Ouest africaine ne laisse pas indifférentes les autorités sénégalaises. Pour éviter le syndrome à la libyenne partiellement à l’origine de la crise actuelle que traverse le Mali, l’Etat du Sénégal a décidé de jouer la carte de la prudence en renforçant ses moyens de lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petits calibres.

Le ministre des Forces armées en a fait la révélation hier, lundi 21 octobre, à la cérémonie d’ouverture de l’atelier de formation sur les connaissances fondamentales en matière d’enquêtes et de poursuites de faits liés au trafic d’armes à feu et autres infractions impliquant les armes à feu. Il est organisé par l’Onuduc en collaboration avec la commission nationale de lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petits calibres.

Dans son allocution, Augustin Tine, ministre des Forces armées, qualifiant la lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petits calibres de préoccupation majeure pour l’Etat du Sénégal, a annoncé le dépôt dans les jours prochains sur la table de l’Assemblée nationale d’un projet de loi relative aux armes à feu. Ce texte auquel il s’est gardé tout commentaire vise selon lui, à harmoniser  notre législation nationale aux instruments internationaux en la matière.

Outre cette volonté d’harmoniser notre législation nationale en matière de lutte contre les armes à feu pour la rendre plus apte à faire face avec acuité aux défis liés à la circulation des armes à feu, le ministre Augustin Tine a aussi fait part de la volonté exprimée par le gouvernement de disposer d’un matériel de marquage des armes à feu et d’un logiciel de gestion des bases de données sur les armes.

Ces nouveaux dispositifs, une fois en œuvre permettront de renforcer  les capacités de la commission nationale de lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petits calibres dans sa mission de sécuriser et de protéger les populations contre les effets désastreuses de la disponibilité et de l’utilisation abusive des armes légères et de petits calibres.

 «CONSTRUIRE  UN MONDE DE PAIX»

Pour sa part, revenant sur les objectifs de cette rencontre, Pierre Lapaque, représentant régional de l’Onudc, a tenu tout d’abord à mettre en garde sur le danger que constitue la libre circulation des armes pour la stabilité du monde. Leur contrôle peut avoir « un impact sur les efforts inlassables de la communauté internationale pour construire un monde de paix, de sécurité et de développement humain durable », a-t-il averti.

S’agissant de l’objectif de la rencontre, il assure qu’elle vise à définir, développer et promouvoir les standards les plus élevés en matière d’enquêtes et de poursuites des trafics sur les armes à feu. Mais également à augmenter les capacités des participants dans l’identification et la classification des armes à feu, les itinéraires des rames à feu et les modes de trafics, les principales techniques d’investigation et la conduite effective et efficace des cas ainsi que les procédures de recherche de saisie et de confiscation et le traçage des armes à feu.

Nando Cabral Gomis Sudonline

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*