POUR UNE FEMME, QUELLES SONT LES POSITIONS QUI PROCURENT LE PLUS DE PLAISIR ?

C’est une épineuse question pour qui veut procurer du plaisir à son partenaire : quelle position faut-il adopter pendant l’amour ? Doit-on nécessairement en changer lors de l’acte ? Jeudi, dans Sans rendez-vous, l’émission santé d’Europe 1, la psychanalyste et sexologue Catherine Blanc nous explique le rôle des positions dans la recherche du plaisir chez une femme.

La question de Jérémy, 24 ans

“Quelles sont les positions qui permettent à la femme d’avoir le plus de plaisir ?”

Les conseils de Catherine Blanc, psychanalyste

“Cette question est délicieuse parce qu’évidemment ça raconte plus l’inquiétude de Jérémy quant à ce qu’il doit faire pour être reconnu, pour que la compagne avec qui il ferait l’amour récidive ou le mette dans le ‘top five’ de ses amants. C’est moins soucieux pour elle que ça n’est soucieux pour lui et son inquiétude quant à sa propre performance. Mais c’est humain et particulièrement masculin aussi, puisque les hommes aiment l’idée de savoir comment ça fonctionne et on ne peut pas leur en faire le reproche. Il faut comprendre que ce n’est pas du tout méprisant parce que les hommes ont une habitude de savoir comment ça fonctionne pour eux, parce que leur sexe est extérieur et qu’ils ont pris l’habitude de manipuler, de savoir comment l’amener à un point ou à un autre, alors que le sexe féminin est un énorme mystère pour la femme elle-même. Pensez donc pour les hommes !”

N’y a-t-il pas quelques positions qui peuvent aider à atteindre l’orgasme ?

“Toutes les positions peuvent le permettre. Simplement, tout dépend de quoi nous parlons. Si nous parlons du fantasme qui va être à l’origine de l’excitation très forte d’une femme, tout dépendra ce qui est dans sa tête. Elle aimera donc plutôt les positions où elle est peut-être moins engagée, comme la position du missionnaire, etc., parce qu’elle va pouvoir laisser faire et accueillir. Cela la rassure donc cela lui permet d’aller plus naturellement vers le plaisir.

Au contraire, elle peut avoir le sentiment que c’est plutôt quand elle ne voit pas ce qui se passe, pour être dans sa tête et pas polluée par le regard de l’autre, donc plutôt de dos, qu’elle prend davantage de plaisir. Si on se base plutôt sur la physiologie, puisque là est la question, c’est fondamentalement ce qui va solliciter ses terminaisons nerveuses les plus sensibles. Si c’est une femme qui a plus de mal accueillir l’intériorité de son sexe dans son vagin, elle va aimer plutôt ce qui va frotter le clitoris, donc le gland du clitoris. Elle peut préférer au contraire une pénétration plus profonde qui, d’ailleurs va solliciter aussi le col de l’utérus. À ce moment-là, ce sera plutôt des positions comme la position d’Andromaque ou de Vénus, celles où la femme est assise sur l’homme qu’il soit assis lui-même ou allongé.

Elle va pouvoir maîtriser sa façon de venir se poser sur ce pénis et se frotter contre ce pénis. Selon qu’elle préfère une stimulation extérieure ou une stimulation intérieure, elle va choisir des positions qui vont solliciter des parties de son sexe. Que l’homme propose des positions, oui, mais qu’il soit à l’écoute de comment elle va se mouvoir, comment elle va elle-même bouger pour bousculer un peu l’idée de départ masculine, afin d’atteindre ce qu’elle sent intuitivement être en appel dans son corps.”

Une femme qui n’a pas du tout de plaisir pendant les rapports sexuels doit-elle changer de positions ?

“Elle peut essayer, bien sûr. L’homme n’a pas à faire toutes les positions du Kamasutra. Cela peut être une solution ne serait-ce que pour le plaisir corporel : au bout d’un moment, on en a marre d’être dans une position, d’être pressée, compressée ; on a besoin de plus de liberté. Ce n’est pas à l’homme d’agir exclusivement, il a tout à gagner à être accompagné comme dans une danse par les mouvements de sa compagne.”

Source :  europe1.fr