COMBAT DE LUTTE DU 30 JUIN PROCHAIN Modou Lô et Eumeu Séne font monter le ton

lutteurs_eumeu_modoulo_06140214Sans être très volubiles ou agressifs, Modou Lô et Eumeu Séne ont vendu à leur manière leur combat du 30 juin prochain avec leur face à face organisé hier, jeudi 13 juin, dans  un hôtel à Dakar. Sans dévoiler leurs stratégies de combat qu’ils disent réserver le jour J, les deux adversaires ont tenté dans leur discours de valoriser leur palmarès  ou encore de démontrer qu’aucune sorte de pression ne pèse sur eux  au vu de leur vécu et surtout de leur préparation respective.

Taxés de très  doux ou se vouant  un grand respect mutuel, Modou Lô et Eumeu Séne ont élevé un peu le ton lors de leur point de presse tenu hier, jeudi 13 juin, en présence du promoteur et de El Hadji Bécaye Mbaye, parrain de combat du 30 juin prochain.

Il a fallu même  supplier  les deux lutteurs pour qu’ils consentent à durcir leur propos et à se lancer des véritables défis à même de «vendre» le combat entre deux adversaires.

L’accusation d’Eumeu Séne, reprochant son adversaire de lui avoir versé un liquide lors d’une rencontre au stade,  a toutefois fini de délier les langues et fait monter le ton. Mais si rien n’a filtré sur la stratégie de combat, les deux lutteurs ont dit leur volonté d’honorer leurs contrats. «Les amateurs de lutte se sont lassé des combats qui se terminent par des matchs nuls. Je ne suis  pas venu pour faire un nul », averti Eumeu Séne.

D’après lui, s’il a accepté d’affronter  Modou  Lô, ce n’est certainement pas pour  le palmarès qu’il  a, mais surtout par sa cote de popularité. «J’ai croisé et battu des  adversaires mieux lotis que  les leurs. J’ai voulu l’affronter qu’à cause de sa cote de popularité et non son palmarès», a-t-il estimé. Il  ajoute n’avoir jamais eu de pression dans les combats au vu de son vécu dans l’arène et du poids de ses différents adversaires.

«Je ne fais pas partie des lutteurs fabriqués par la presse. Je ne suis pas un novice dans l’arène. J’ai fait des combats chocs. Je n’ai plus de pression dans mes combats parce que j’ai vécu toutes sortes de  combats dans  ma carrière. Aucun ne me dépasse», clame le chef de l’écurie Taï Shinger tout sourire. Modou  Lô estime pour sa part refuser l’étiquette de «champion des matchs nuls» que son adversaire a bien voulu lui coller. «La lutte se fait à deux.  S’il ne fuit  en faisant comme mes derniers adversaires, il saura que je ne suis pas un tricheur», répond le lutteur de Rock Energie. La bataille psychologique est ainsi lancée.

Omar DIAW Sudonline

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*