COMMEMORATION – 10 ans après sa disparition : Le mystère de la mort de Arafat reste entier

Il y a 10 ans disparaissait Yasser Arafat dans des conditions troubles.

Il est parti. Mais, il laisse derrière lui beaucoup de mystères. Yasser Arafat, président de l’Organisation pour l’autorité palestinienne (Olp), décédé il y a 10 ans, a reçu un hommage mérité hier à travers le monde entier.

«Le peuple palestinien dans son ensemble ainsi que les peuples épris de paix et de justice, lui rendent aujourd’hui (hier) un hommage vibrant», témoigne l’ambassadeur de Palestine à Dakar qui salue «la mémoire du leader charismatique, grand Homme de l’histoire contemporaine, qui a consacré sa vie à la lutte de libération du peuple palestinien qu’il incarna par son engagement dévoué», dit la représentation diplomatique.

En 1974, il marqua l’Histoire, dit-elle, lorsqu’il prononça à l’Assemblée générale de l’Onu, ces mots qui retentissent encore: «Je viens à vous avec un rameau d’olivier dans la main gauche, et un fusil mitrailleur dans la droite. Ne faites pas tomber le rameau d’olivier».

Cet engagement lui a valu beaucoup de peines. Assiégé dans la Muqataa, durant les dernières années de sa vie, «il ne se soumet pas au terrorisme d’Etat israélien, et ne cède pas sur les droits de son peuple».

Il reste aujourd’hui un véritable symbole, dit l’ambassade palestinienne, une figure emblématique de la liberté et de la justice à l’échelle mondiale. «Durant sa vie, il a su bâtir un cadre politique permettant au peuple palestinien de conduire sa lutte de libération, à travers l’Olp et de survivre à de nombreuses épreuves, dans un contexte régional et international mouvementé», ajoute-t-elle.

Président de l’Autorité palestinienne de 1996 jusqu’à sa mort, il avait reçu en 1994 le prix Nobel de la Paix pour son investissement pour les générations futures. «Malheureusement, aujourd’hui ses sacrifices sont malmenés par l’aveuglement du gouvernement d’occupation israélienne qui prouvent qu’ils n’ont jamais voulu de la paix et de la solution de deux Etats», rajoute-t-elle.

Aujourd’hui, la situation sociopolitique au Proche-Orient reste toujours volatile. «Le peuple palestinien continue de se battre pour ses droits légitimes. Le combat engagé par le Président Yasser Arafat est plus que jamais d’actualité. C’est à nous tous qu’il revient d’écrire les nouveaux chapitres d’une histoire qui nous mènera à un Etat Palestinien libre et souverain avec Jérusalem-Est, Al Qods pour capitale, et le droit au retour pour les réfugiés palestiniens selon la résolution 194 de l’Onu. Abou Ammar nous marchons toujours sur tes pas», dit-elle.

Depuis 10 ans, le certificat du genre de mort du leader palestinien est interprété par plusieurs versions. Ses proches sont persuadés que le raïs a été empoisonné par du polonium. Finalement, une autopsie a été faite et de nombreux experts analysent alors les os du défunt leader. Mais, leurs conclusions divergent. Il faut rappeler qu’en octobre 2004,

Yasser Arafat est pris de malaise et de vomissements. Le leader palestinien est alors encerclé par les forces israéliennes dans son palais de la Mouqataa à Ramallah, en Cisjordanie. Son ennemi de toujours, l’Israélien Ariel Sharon, est Premier ministre. Il a juré sa perte depuis des années. Le 11 novembre, un mois plus tard, Yasser Arafat s’éteint à l’hôpital Percy de Clamart, dans la région parisienne. Il a emporté avec lui ses secrets.

  • Écrit par  Bocar SAKHO

bsakho@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*