Comment un milliardaire d’origine israélienne roule Mossack Fonseca dans la farine

milliardaire israélienPANAMA PAPERS : Comment Dan Gertler, diamantaire de Kinshasa, a fraudé Mossack Fonseca
Contrairement à ce que l’on peut penser, les cabinets qui facilitent ou créent les sociétés offshores sont très pointilleux sur l’origine des fonds de leurs clients. L’origine de chaque sou est examiné à la loupe, et le client avec. A se demander si les innombrables cabinets n’ont pas que cela comme fonction essentielle. Il n’est pas du tout facile de les berner, à moins d’être comme eux. RI
***
D’origine israélienne, naturalisé congolais en 2003, Dan Gertler est à la tête d’un empire minier vaste et opaque en RDC. De récentes révélations dans le cadre du scandale des « Panama Papers » démontrent que l’homme d’affaires de 42 ans détenait des comptes offshore dans la sulfureuse société panaméenne Mossack Fonseca. Cette dernière aurait même fermé les comptes du milliardaire israélo-congolais en découvrant que Dan Gertler les avait floués.
En République Démocratique du Congo, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer le pillage des ressources du pays par le Président et ses proches. Le verdict est tombé avec les récentes révélations des « Panama Papers ». En effet, outre Jaynet Kabila, sœur de Joseph et députée congolaise, Dan Gertler, figure de l’industrie minière congolaise et proche du président, vient d’être éclaboussé par des preuves de blanchiment d’argent et d‘évasion fiscale.
Le nom du milliardaire apparaît dans des documents l’impliquant dans le plus gros scandale d’évasion fiscale de ce siècle. L’histoire remonte à 2010. La société Mossack Fonseca, à la demande de l’un de ses avocats Me Bonnant, crée en urgence deux sociétés Foxwhelp Ltd et Caprikat Ltd, sans vraiment faire les contrôles d’usage. Ce n’est qu’après une enquête du fisc panaméen, un an plus tard, et des dizaines de mails sans réponse, que Mossack Fonseca découvre le véritable propriétaire des deux sociétés : Dan Gertler. L’homme d’affaires aurait usé de multiples subterfuges pour que jamais l’on ne puisse remonter à lui.

En effet, Foxwhelp Ltd et Caprikat Ltd étaient détenues par un fonds d’investissement aux îles Caïmans, African Ressources Investment Fund, lui-même appartenant à deux fondations au Liechtenstein, qui sont à leur tour possédées par deux trusts discrétionnaires à Gibraltar. Un tour de passe-passe presque impossible à décrypter sans les documents des Panama Papers. Seuls deux noms apparaissaient : l’avocat suisse Marc Bonnant et Khulubuse Clive Zuma, qui n’est autre que le neveu du président sud-africain Jacob Zuma.
« Marchand de diamant du sang »
S’apercevant de l’entourloupe, Mossack Fonseca décide de fermer toute société liée à Dan Gertler que Jennifer Mossack, fille du fondateur, qualifie de « marchand de diamant du sang » dans un mail interne.
Dan Gertler est un homme énigmatique qui débarque à Kinshasa à l’âge de 23 ans. C’est en République Démocratique du Congo qu’il bâtit sa fortune aujourd’hui estimée à 1,26 milliards de dollars par le magazine Forbes. Lors de son arrivée en 1997, Dan trouve un pays en guerre, encore dirigé par Mobutu. Il s’allie donc avec le chef de la rébellion, un certain Laurent Désiré Kabila à qui il propose de financer des armes pour lancer l’assaut sur Kinshasa.
Devenu président, Laurent Kabila lui octroie un quasi monopole sur l’exploitation de diamant du pays. En 2001, lorsque Kabila fut assassiné, Dan Gertler se rapproche de son fils Joseph Kabila, désormais successeur inexpérimenté de son défunt père. Il devient ainsi son émissaire, notamment pour obtenir des Etats-Unis un soutien dans le conflit congolais. La relation qui lie les deux hommes perdure, Dan est même invité au mariage de Joseph Kabila en 2006.
En 2011, à la veille des élections présidentielles, plusieurs de ses sociétés rachètent des mines appartenant à l’état, sans que ce dernier ne communique sur ces acquisitions.
Outre l’exploitation du diamant, Dan Gertler est également présent dans le cobalt, le fer, l’or, le manganèse et le cuivre de la RDC. En 2012, il possédait via ses sociétés 9,6% de la production mondiale de cobalt. Il s’est aussi lancé dans l’exploitation pétrolière au travers de plusieurs sociétés domiciliées hors du territoire de la RDC, ce qui lui assure d’échapper au fisc congolais. Certains experts estiment que l’homme d’affaires israélien a fait perdre plusieurs milliards de dollars de revenus à l’Etat.
De Kabila à Katumbi
Dan Gertler sait tirer profit de chaque situation. Il se murmure que l’homme d’affaires se rapproche petit à petit de l’ancien Gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, principal opposant de Joseph Kabila. D’ailleurs, un des conseillers du Président affirme que « Dan [Gertler] est beaucoup trop proche de Moïse [Katumbi] » pour ne pas éveiller la méfiance de Kabila. Le milliardaire, connu pour son flair, aurait-il « senti » l’issue des prochaines élections prévues fin 2016 ?
Marie-Hélène Sylva

http: //oeildafrique.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*