Compaoré restera «aussi longtemps qu’il le voudra en Côte d’Ivoire»

L’ex-président burkinabè Blaise Compaoré

 

Burkina Faso- Côte d’Ivoire

000_Par8016931_0_0Première déclaration officielle des autorités ivoiriennes depuis l’arrivée à Yamoussoukro du président burkinabè déchu Blaise Compaoré. « Blaise Compaoré restera aussi longtemps qu’il le voudra en Côte d’Ivoire », a déclaré le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, qui lui a rendu visite hier mardi 4 novembre. Les précisions pour RFI du porte-parole du gouvernement, Bruno Koné.

Alors que les tractations vont bon train à Ouagadougou pour dessiner les contours d’une transition « dans un cadre constitutionnel » comme l’a martelé le lieutenant-colonel Zida qui en est actuellement le dépositaire, le président déchu Blaise Compaoré poursuit son séjour en Côte d’Ivoire. Et alors que jusque-là, seuls les grands partis s’étaient emparés du sujet, la présidence a enfin communiqué. Alassane Ouattara a ainsi joué les hôtes respectueux, soulignant que l’ex-chef d’Etat burkinabè pouvait rester « aussi longtemps » qu’il le souhaiterait.

Pour Bruno Koné, porte-parole du gouvernement ivoirien, son pays, « la Côte d’Ivoire a toujours été un pays d’hospitalité, a toujours accueilli les chefs d’Etat qui étaient privés de liberté. Donc, pour des raisons humanitaires, la Côte d’Ivoire se devait de faire ce qu’elle a fait. »

Combien de temps, Blaise Compaoré va-t-il rester sur le sol ivoirien ? Il est « comme chez lui », souligne Bruno Koné, il « un homme libre », et donc libre « d’aller où il veut en Côte d’Ivoire et il pourra également, si il le souhaite, aller à l’extérieur. »

Tout cela avec un statut d’ancien chef d’Etat. « Donc il est traité avec les égards qui correspondent aux rangs qu’il a occupéS et qui correspondent également au niveau de la relation qu’il a pu avoir avec notre pays et avec son chef. » Pour le Front populaire ivoirien (FPI, opposition), il ne s’agit ni plus ni moins que d’un « asile doré ».

Par RFI

 

In the Spotlight

Le déminage en Casamance ne fait pas l’unanimité

by bishba in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

Au sud du Sénégal, les opérations de déminage de la Casamance ont repris depuis le 27 février 2019. Tout s’est arrêté après l’enlèvement de cinq démineurs mardi 14 mai. La perspective d’une reprise des activités [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*