Compteurs litigieux de Grand-Médine : Pape Dieng hausse la tension

Pape Dieng, directeur général de la Senelec
Pape Dieng, directeur général de la Senelec
Pape Dieng, directeur général de la Senelec

Les clients de la Senelec du quartier de Grand Médine, malgré les résultats de l’enquête sur le projet de sécurisation des systèmes de comptage de la société d’électricité qui confirment la fiabilité des compteurs, continuent de contester. Agacé par l’attitude de ces derniers, Pape Dieng, directeur général de la Senelec, menace de couper le courant à ceux qui ne paieront pas leur facture.

Le contentieux entre la Société nationale d’électricité et les habitants du quartier de Grand-Médine n’a pas encore connu son épilogue. Après avoir mené une enquête sur le projet de sécurisation des systèmes de comptage de la Senelec, la Commission de régulation du secteur de l’électricité (Crse) a invité hier, Pape Dieng et ses agents, des représentants des populations de Grand-Médine, entre autres, pour présenter les résultats.

Mais la cérémonie de restitution a failli dégénérer. Le débat a été houleux au point que le modérateur de la réunion avait du mal à faire régner l’ordre dans la salle entre les clients de Grand-Médine, les agents de la Senelec et ceux de la Commission. Il y avait un désordre total. Tout a commencé lorsque les résultats de l’enquête ont confirmé la fiabilité des compteurs de la Senelec, même si la fiabilité ne peut pas être garantie à 100%.

Du côté de Grand-Médine, les clients n’en sont pas du tout convaincus. Alors que pour Pape Dieng, directeur général de la Senelec, «le débat est clos, l’étude a montré que le système est fiable. D’ail­leurs, il ne s’aurait en être autrement sinon, la Banque mondiale qui a financé le projet de comptage n’y aurait pas investi. En plus, le ministère du Commerce a attesté de l’exactitude du système. Donc, soit ils paient, soit on leur coupe l’électricité. Une dette ne peut pas voir de sœur cadette».

Cette menace n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. «Nous l’attendons de pied ferme, qu’il vienne couper le courant. Ce sont eux les voleurs dans cette histoire», tancent le vieux Ndong et Cie, avant de bouder la cérémonie.

Selon le président de l’Asso­ciation des consuméristes, les préoccupations des consommateurs restent entières. «511 factures ont eu une baisse. Est-ce à dire que ce sont les anciens compteurs qui ne sont pas bonnes ou le contraire, quelle est la réalité. Aussi, il y a une augmentation de 237 factures qui ont eu une augmentation de 100 à 1000%. Donc, un problème se pose au niveau du système de facturation», analyse Momar Ndao.

Dans le cadre de son projet de sécurisation des systèmes de comptage de l’électricité et de diversification des modes de paiement, Senelec a entrepris depuis juillet 2014, l’installation de nouveaux compteurs électroniques pouvant fonctionner en mode post-paiement ou en prépaiement. Ainsi, un total de 157 mille 500 compteurs de type split ont été acquis et plus de 65 mille ont été installés en mode post-paiement chez de nouveaux clients de Senelec.

Dans le quartier de Grand-Médine choisi comme site -pilote du projet, il a été installé 1193 nouveaux compteurs au mois de juillet en remplacement des compteurs électromécaniques en mode post-paiement avec la perspective de passer en prépaiement, selon la Commission de régulation du secteur de l’électricité. Cepen­dant, souligne la même source, les premières factures établies sur ce système ont fait l’objet de contestations de la part des habitants de Grand-Médine, qui se sont plaints des factures excessives remettant en cause la fiabilité des nouveaux compteurs. Ces contestations ont été à l’origine de l’ouverture d’une enquête menée par la Commission de régulation du secteur de l’électricité.

Le premier rapport de l’enquête qui a porté sur le projet en question, la fiabilité des compteurs et les factures contestées, a montré que le système et les compteurs sont bons. «La commission estime que les compteurs sont fiables. Mais cela ne veut pas dire que sur un million de compteurs, il ne peut pas y avoir mille compteurs défectueux», a déclaré Mamadou Ndoye Diagne, président de la Com­mission de régulation du secteur de l’électricité.

ksonko@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*