CONFLIT CASAMANÇAIS Un Espace de vérité et réconciliation pour la paix.

Le ministre conseiller en charge des Droits humains et de la paix, le professeur Amasatou Sow Sidibé, a annoncé la mise sur pied un espace de vérité et de réconciliation entre l’Etat, le Mfdc et les populations de Casamance. Elle l’a fait savoir hier, lundi 24 juin, face à la presse, à la salle du conseil de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université de Dakar.amsatou_sow_sidibè

La recherche de la paix en Casamance passera obligatoire par un dialogue de vérité. C’est la conviction du professeur Amasatou Sow Sidibé qui était face à la presse hier, lundi, à la salle du conseil de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université de Dakar. C’est pourquoi, le ministre conseiller en charge des Droits humains et de la paix, à la suite des rencontres tenues avec différentes personnalités, a annoncé la mise en place d’un espace de vérité et de réconciliation pour la paix  définitive en Casamance. Ceci pour mettre fin à 30 années de conflits avec des destructions physique, économique, sociale et familiale.

«La fin de la crise en Casamance est tributaire de la poursuite du dialogue entre frères et sœurs pour une paix définitive. Ce n’est pas une affaire de crépitement des armes, mais plutôt de dialogue », a-t-elle déclaré à la presse.
Malgré les efforts qui ont été menés depuis des années pour que la paix revienne en Casamance, le professeur Amasatou Sow Sidibé a constaté que « la survivance de situations d’instabilité et d’insécurité qui sont peu propices au retour à une vie normale ».

A l’en croire, l’objectif de cet espace est « d’arriver à la paix (…) par la mise en place d’échanges et de confessions afin de dévoiler la vérité sur les causes, les manifestations et les conséquences du conflit ». Avant de rappeler : « ces échanges se feront par l’organisation d’audiences publiques et privées. J’invite toutes personnes épris de paix de justice et d’équité».

En outre, la conseillère du président Macky Sall a invité Cesar Atoute Badiate, un des chefs de rebelles du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc), à libérer les 09 autres démineurs. Tout en se réjouissant de la déclaration de ce dernier qu’elle qualifie d’un « grand espoir ». La juriste a précisé que « les otages sont des chefs de familles dont l’entourage vit une angoisse terrible. Nous attendons avec impatience leur retour dans leurs familles».

Le professeur entend à travers ce cadre, mettre à contribution la Plateforme des femmes pour la paix en Casamance, la coordination des Cadres casamançais, les responsables du Mfdc,  la diaspora, entre autres organisations de la société civile impliquées dans la résolution du conflit.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*