Congo-Brazzaville : Qui veut s’en prendre à la société SIPAM TP ?

img_3706_fileminimizerLa société Sipam Tp spécialisée dans l’aménagement et la construction des routes connait depuis un moment un essor prodigieux. Cette percée la place parmi les leaders de la construction au Congo. Sur fond de manipulation et de machination médiatique, Sipam est l’objet d’une guerre de communication acharnée sur la toile visant à tenir son image.

Dans le cadre des chantiers de l’aménagement du territoire lancé au Congo, les départements pays bénéficient depuis 2004 de la politique gouvernementale de construction des infrastructures de base. C’est à la faveur des chantiers rentrant en ligne de compte de la municipalisation accélérée que le gouvernement congolais a entrepris la construction des routes et ouvrages de communication à l’intérieur du pays. Cela rentre dans le cadre de relier les chefs-lieux de départements et de districts afin de favoriser la circulation des personnes et des biens. Ainsi, à côté des routes à bitumer, plusieurs routes en latérite sont en train d’être aménagées pour désenclaver l’arrière-pays et faciliter l’écoulement des produits agricoles vers les grands centres urbains ou grands pôles de consommation.

Les chantiers sont exécutés par plusieurs sociétés de la place parmi lesquelles la Société Sipam Tp, qui s’est dotée d’un équipement de troisième génération pour exécuter dans les délais requis les marchés de construction, d’aménagement et d’asphaltage.

Il sied de noter depuis sa création au Congo, que Sipam s’est imposé parmi les sociétés leaders. Elle a, cet effet, supplanter à travers son savoir faire plusieurs sociétés qui brillaient par l’abandon des chantiers après avoir, certes, perçu les avances nécessaires pour l’exécution des chantiers. Le savoir faire de la société Sipam a conforté sa position au sein du sérail gouvernemental Congolais qui lui octroie sans cesse l’exécution des chantiers d’urgence. Une place très convoitée dans le milieu du business au Congo.

La société Sipam a exécuté les travaux d’aménagement des routes en terre à Kinkala (Région du pool) (Ngambari)-Mindouli-Kindamba (150 Km), lancés en février 2013. L’exécution des travaux assurée par le groupement Sipam/Miambanzila, pour un coût global de 10 milliards de francs Cfa. L’entreprise Sipam a achevé la plate-forme du tronçon Kinkala (Ngambari)-Mindouli (58 Km). Dans la partie nord du pays l’entreprise mène de véritables travaux d’hercule dans la cuvette Est et Ouest tout comme dans sud du pays dans les localités des la région de la Lekoumou. Le chiffre d’affaires de la société enregistre une courbe ascendante.

Cette position ne laisse guère les détracteurs qui utilisent la toile médiatique pour diaboliser certains actionnaires de la dite société notamment en faisant un parallèle anodin et dénué de tout fondement et n’ayant aucun rapport avec les principales activités de la Société SIPAM au Congo.

En effet, un des actionnaires de Sipam TP/Congo en l’occurrence Guus Van Kouwenhoven qui a été en son temps un homme d’affaires très proche de Charles Taylor au temps ou ce dernier présidait le Libéria. L’un des principaux actionnaires de la société Sipam fait l’objet d’une campagne médiatique de dénigrement. Malgré son acquittement en mars 2008 par la justice,et la levée par l’ONUde son interdiction de voyager ; ce qui lui a permis de rebondir sous d’autres cieux ; ce dernier se voit coller à nouveau l’étiquette de trafiquant d’arme qui aurait repris du service au Congo. Cette thèse d’accusation est totalement réfutée par les responsables de la société Sipam que Oeildafrique a contacté. La société dans laquelle Guus Van Kouwenhoven dispose des actions ne fait pas un autre métier que la construction des routes, selon un cadre de Sipam. Un autre responsable qui a requis l’anonymat affirme : «les camions de Sipam ne transportent que du matériel de construction et non des conteneurs d’armes de guerre comme nous l’avons lu dans une presse en ligne». Pour ce dernier de telles informations ne sont l’œuvre que des manipulateurs qui ont pour seul et unique but de ternir l’image de SIPAM qui participe au développement du Congo.

R.F

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*