Congo : DSK devient conseiller du président Sassou NGuesso

– Vraiment, on aimerait bien connaître le domaine d’expertise de Dominique Strauss-Kahn, puisqu’il a été embauché par différents présidents de la planète pour ses conseils avisés (sic). S’agit-il de conseils au niveau de l’organisation d’orgies spectaculaires ? À la rigueur dans ce domaine, il doit être vraiment efficace et jouir d’une réelle expertise.

Par contre, au plan financier, on aimerait bien savoir à quel moment il a brillé par son génie, étant donné qu’il a participé à la ruine de la France lorsqu’il était aux affaires ; il a participé également la ruine du FMI qui n’avait plus un sou dans ses caisses ; sans oublier la ruine de son entreprise LSK avec son associé qui s’est suicidé depuis, après avoir dilapidé plus de 100 millions d’euros !!!
Du coup, on se demande vraiment comment et à quel moment Dominique Strauss-Kahn sera utile comme conseiller Denis Sassou N’Guesso en matière financière ?!
Ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) de 2007 à 2011, et présidentiable au scrutin de mai 2012 en France, avant le coup de Trafalgar déclenché par l’affaire Nafissatou Diallo, qui a complètement anéanti ses ambitions politiques, Dominique Strauss-Kahn (DSK), est de nouveau sous les projecteurs des médias.
L’ancien patron du FMI, qui entretient, dit-on, de bonnes relations avec le président sénégalais, Macky Sall et le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, serait devenu depuis quelques semaines conseiller du président congolais, Denis Sassou N’Guesso, selon l’hebdomadaire français « Challenges » dans sa dernière édition.
A travers «Parnasse International», une société de conseil créée après son départ de la direction du FMI et domiciliée à Casablanca, au Maroc, Dominique Strauss-Kahn dirige désormais les relations entre la République du Congo et l’institution financière de Washington.
Le nouveau et illustre conseiller économique du président Denis Sassou N’Guesso, arrive surtout à un moment difficile dans les relations entre le gouvernement congolais et l’institution financière internationale, dont les administrateurs sont en colère contre Brazzaville.
Une ire déclenchée par la découverte de la dimension réelle de la dette congolaise, annoncée au départ comme représentant 77% du Produit intérieur brut (PIB), mais qui se situe plutôt à 120% de celui-ci, selon les investigations des experts du FMI.
Voilà qui montre clairement «la situation financière délétère» dans laquelle se débat ce pays, du fait de la baisse des cours mondiaux du pétrole, alliée à une gouvernance qui continue à empiler des cadavres dans les placards, malgré toutes les remontrances des institutions financières de Washington.
C’est dans ce contexte que Brazzaville enrôle DSK en qualité de conseiller, et alors que le pays devrait engager, d’ici quelques semaines, des négociations en vue d’obtenir un nouveau soutien financier du FMI.
Des négociations qui vont débuter sur fond de remise sous tutelle de plusieurs pays du continent, à l’image de l’Afrique australe et des états membres de la Communauté économique de l’Afrique centrale (CEMAC), invités à prendre une série de mesures « pour mettre fin à la baisse des réserves de change et compenser les pertes de réserves budgétaires» dans l’objectif de relance d’une croissance «tombée à son plus bas niveau depuis 2 décennies ».
 Afrique Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*