Congo: Sassou N’guesso préoccupé par son avenir, dénonce les ingérences extérieures

Sassou-NguessoDans son adresse à la nation à l’occasion du nouvel an, le Président congolais, Denis Sassou N’guesso a salué l’évolution de son pays au cours de l’année 2014 et s’est réjoui des élections locales et sénatoriales apaisées. Dans le monde, il n’a pas raté la normalisation des relations entre les Etats-Unis d’Amérique et la République de Cuba.

«Au Congo, en 2014, nous avons continué, dans la concorde nationale, de structurer et de dynamiser notre économie, de construire des infrastructures de base et sociales, de renforcer la démocratie et de préserver la paix», a indiqué Sassou Nguesso après avoir adressé ses condoléances aux Congolais qui ont perdu leurs proches au cours de l’année, surtout ceux qui ont été victimes des pluies diluviennes.
Le Président congolais s’est réjoui que son pays ait organisé en 2014, des élections locales et sénatoriales de façon consensuelle et ce, dans la paix absolue. Pour lui, le Congo a fait des pas supplémentaires sur le chemin de son développement.

Denis Sassou N’guesso se montre préoccupé par le mieux-être de sa population. Ainsi, il annonce la poursuite de l’industrialisation et de la modernisation du Congo pour faire face aux défis économiques.

«En quête permanente d’amélioration des conditions de vie des Congolais, le Gouvernement poursuivra en 2015 l’œuvre d’industrialisation et de modernisation de notre pays. C’est le chemin d’avenir. C’est le choix de l’efficacité dans la réponse aux défis socio-économiques auxquels est confronté le Congo», a-t-il dit. Il annonce en outre que l’année 2015 sera, à l’instar des années passées, celle du travail acharné en vue du mieux-être des Congolais.
Conscient du débat politique très vif dans le pays, M. Sassou Nguesso ne peut pas laisser de place aux querelles politiciennes et au déchirement. Il appelle de ce fait les congolais à travailler dans l’unité et la cohésion.

Le président congolais veut axer ses actions sur la résolution des problèmes majeurs des Congolais. Il annonce une augmentation de la valeur indiciaire des salaires des agents de l’Etat de 225 à 250, en dépit de la chute du prix du baril du pétrole. De plus, des investissements publics seront maintenus en un niveau élevé et des investissements productifs privés seront également encouragés.

Pour régler le problème du transport public dans les villes de Brazzaville et de Pointe-Noire, le chef de l’Etat congolais a annoncé la création d’une société publique de transport urbain. Des efforts seront poursuivis dans l’éducation, la santé, la lutte contre la pauvreté, l’insertion sociale et la sécurité sociale.

«Sur le même élan, doivent être poursuivis et achevés: la construction de douze hôpitaux généraux dans les douze départements du pays ; les chantiers de l’hôpital central des armées et de l’hôpital spécialisé d’Oyo ; le programme +Eau pour tous+ qui a déjà permis la réalisation, à ce jour, de 1.400 forages desservant près d’un millier de villages ; le programme de distribution d’eau potable et d’électricité particulièrement à Brazzaville et Pointe-Noire. Dans ces deux agglomérations, malgré les efforts appréciables du Gouvernement, il reste encore beaucoup à faire pour combler les légitimes attentes des populations», a-t-il indiqué.
Pour tous ces progrès économiques, sociaux et politiques, M. Nguesso pense que la stabilité est nécessaire pour produire tous leurs effets bénéfiques. Ainsi, il veut garantir la tranquillité nécessaire à tout progrès du Congo et de sa population.

En 2016 le pays connaîtra une élection présidentielle et les élections législatives en 2017 et parlant de l’avenir institutionnel du Congo, Nguesso appelle à un débat sain et responsable

«Que des opinions différentes et divergentes s’expriment, librement. Que les convictions les plus assurées s’opposent à de pertinentes objections. Qu’il y ait un camp qui préconise des solutions alternatives et un autre qui prône le statu quo. C’est cela la démocratie. Personne n’a le droit d’empêcher une telle confrontation des idées de prospérer. Personne n’a le droit de mener cet exercice démocratique à la dérive et au désordre. Nous bannissons le désordre et la violence parce que nous en connaissons l’enchaînement», a relevé le président congolais.
Préconisant la paix dans le pays, il pense que les affaires des Congolais sont et seront réglées par les Congolais eux-mêmes, de préférence par le dialogue.

«Et, si des divergences persistent entre responsables politiques, seul le peuple souverain sera appelé à trancher, par le vote. Il ne saurait en être autrement. Ni la frénésie et l’impatience des uns ni la tentation d’ingérence sans frais des autres n’auront raison de la détermination du peuple congolais à prendre en main son destin», prévient-il.
Pour finir, Sassou Nguesso a parlé de Jeux africains de Brazzaville mais a royalement oublié la participation de l’équipe nationale de football à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations en Guinée Equatoriale.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*