Connivence Supposée Avec Le Pouvoir : LDR/Yessal De Modou DIAGNE Fada Bat En Brèche

Les Libéraux démocrates réformateurs (Ldr/Yessal) n’ont de compte à rendre à aucun parti politique, pour la poursuite de leur participation aux concertations sur le processus électoral.

C’est la position exprimée par ledit parti, par son chargé des élections, Mouhamadou Faye, qui précise que son parti est foncièrement contre le système de parrainage des candidats à la présidentielle, non sans accuser leurs détracteurs du Front national d’être au dialogue politique pour le compte des partis qui ont refusé de participer aux concertations.

Accusés par le Front national de connivence avec le régime en place sur la généralisation du parrainage des candidats à la présidentielle, Les libéraux démocrates réformateurs (Ldr/Yessal) battent en brèche lesdites allégations. Invité à se prononcer sur les accusations portées contre leur parti, le chargé des élections dudit parti qui rappelle que de telles accusations ont commencé depuis 2015, laisse entendre que le Ldr Yessal est contre le système de parrainage proposé par la majorité.

Mouhamadou Faye reste catégorique que  «Ldr Yessal n’est pas d’accord pour le système de parrainage». S’expliquant, il a indiqué que, face au blocage causé par les désaccords sur la question, l’administration a proposé que le point en question, qui est le quatrième sur les huit, soit relégué en dernière position, afin de poursuivre le dialogue sur les autres aspects. C’est ainsi que, «de manière souveraine», sans compte à rendre à aucun parti politique, indique-t-il, son parti poursuit les concertations.

Il rassure ainsi que les concertations progressent, en dépit de la bouderie de quelques partis, dont le Front national. Cela, d’autant plus que l’audit du fichier, sur leur demande, va se faire incessamment, fait-il noter.

Sur les raisons du refus de la proposition faite par la majorité pour la généralisation du parrainage aux partis et coalitions, M. Faye révèle que leur président avait exprimé sa position au sein de la plateforme de l’opposition, notamment le Cadre de l’opposition pour la régularité, la clarté et la transparence des élections (Corecte).

Il trouve anormal qu’il leur soit demandé de trouver 0,75% de l’électorat, soit 60.000 signataires en valeur absolue, alors que les indépendants ne sont pas astreints aux mêmes conditionnalités. Autre problème évoqué, c’est la question technique. «Comment peut-on vérifier la véracité des signatures ?», pose-t-il comme questionnement.

A son avis, «le gouvernement a déjà éliminé certains candidats par voie pénale, il use d’autres voies pour écarter d’autres candidats. C’est ce que nous refusons».  Il a tenu enfin à avertir que si toutefois la question du parrainage passait, ce sera sans l’aval du Ldr/Yessal. Poursuivant, il laisse entendre que si la question était portée à l’Assemblée nationale, leur leader et député y exprimera tout son désaccord.

Sud Quotidien

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*