CONSULTATIONS – Acte 3 de la décentralisation : Thierno Lô déplore le boycott de Rewmi, du Pds et de leurs alliés

Le leader de l’Alliance pour la paix et le développement (Apd/Gëm sa bop), Thierno Lô

Le leader de l’Alliance pour la paix et le développement (Apd/Gëm sa bop), Thierno Lô a fustigé hier, à l’issue de la deuxième session des concertations initiées par le Président Macky Sall sur l’Acte 3 de la décentralisation, le boycott de Rewmi, du Parti démocratique sénégalais (Pds) et de leurs alliés.

Les premières séries de discussions sur l’Acte 3 de la décentralisation ont pris fin hier. Dans le cadre de la deuxième session, Macky Sall a rencontré des leaders politiques, syndicaux, de la société civile, du secteur privé. A l’issue de ladite discussion, ces acteurs ont salué l’initiative du chef de l’Etat sénégalais. «Notre pays est une société ouverte où il y a des expressions plurielles. Et quand nous devons parler pour le compte des populations, il y a lieu d’impliquer tous les acteurs», s’est félicité Thierno Lô.

Pour le leader de l’Alliance pour la paix et le développement (Apd/Gëm sa bop), l’idée d’une large concertation doit être poursuivie et étendue. Car les acteurs ont besoin des espaces de débat, de dialogue pour qu’ils puissent avoir la possibilité de mettre ensemble leur intelligence pour le développement du Sénégal. «Nous encourageons le président de la République à aller vers une plus large concertation. J’ai noté aussi des propositions intéressantes relatives à mettre un accent particulier sur la communication pour que les populations concernées puissent s’approprier la réforme. Si la concertation se limite au niveau de l’élite, des principaux responsables, sans pour autant qu’on la décentralise au niveau des populations pour qu’elles se l’approprient, cela va être des échecs et des incompréhensions», a déclaré Thierno Lô, à l’issue des consultations tenues à huis-clos.

M. Lô de déplorer ainsi le boycott du parti Rewmi de Idrissa Seck, du Parti démocratique sénégalais (Pds) et de leurs alliés. Aux yeux du patron de Apd/Gëm sa bop, «le boycott n’est pas partagé avec les militants des partis. C’est une partie de l’élite, des dirigeants de partis qui ont décidé de boycotter alors qu’ils devaient venir pour porter la position des militants».  De l’avis de l’ancien ministre du Tourisme sous Wade, «on ne doit jamais refuser une concertation ou aller vers un boycott d’élections. Car, cela consiste à priver les militants de parole et de décision. Donc, il faut répondre aux concertations et dire ce que l’on pense».

Ainsi, demande-t-il aux partis politiques de «faire confiance au président de la République». Et d’appeler Macky Sall à une «large ouverture pour que les acteurs puissent continuer le dialogue et que chacun puisse garder ses convictions et ses principes par rapport à la marche de la République».Abdou Fall ne dit pas le contraire. Le leader du mouvement «Alternative citoyenne/And nawlé» considère qu’en initiant cette concertation, le président de la République introduit une nouvelle modalité de gouvernance en plaçant la consultation, le dialogue au cœur  de sa stratégie de gestion des problèmes du pays.

«Notre pays en a besoin, car il a connu beaucoup de crises qui ont entraîné des crispations. En créant les conditions d’un débat qui permet à chacun de contribuer, nous créons les conditions d’une décrispation qui va nous faire passer progressivement d’une société de méfiance vers une société de confiance», soutient l’ancien directeur de cabinet politique de Abdoulaye Wade. Aussi souligne M. Fall, l’initiative présidentielle «va dans le sens de l’approfondissement de notre démocratie, dans le sens de transférer des moyens importants aux collectivités locales…».

Selon lui, si les acteurs arrivent au terme de ce processus, le Sénégal va disposer d’un puissant levier de développement économique et social. Même son de cloche du côté du secteur privé. Saluant la concertation qui a été menée, Baïdy Agne, président du Conseil national du patronat (Cnp) juge «important» de développer des consensus forts dans nos pays sur des thèmes importants et de faire évoluer notre démocratie jusqu’à ce qu’on soit une «démocratie apaisée».
L’Acte 3 de la décentralisation, selon Macky Sall, simplifiera l’architecture territoriale et revisitera la répartition des compétences entre les collectivités locales et l’Etat.

  • Écrit par  Dialigué FAYE

dialigue@lequotidien.sn

In the Spotlight

L’Afrique, Cette Poubelle À Ciel Ouvert

by bishba in CONTRIBUTION 0

Le mois de Ramadan est le moment idéal pour les vendeurs de poison d’écouler leur stock. Vendredi dernier, le service départemental du commerce de Pikine a annoncé avoir retiré du marché près de 14 tonnes [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*