CONTRE LES CHOCS VENANT DE LA CHINE ET DES ETATS UNIS LA DIRECTRICE DE LA FMI MET EN GARDE L’AFRIQUE

chine et des Etats uniesChristine Lagarde, Directrice générale du fonds monétaire internationale (Fmi) a mis en garde les pays africains contre les chocs venant de la chine et des Etats unies. Elle s’exprimait avant-hier mardi 27 janvier lors d’une visite au Rwanda. Aussi, la patronne de la Fmi a fait savoir que les prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne ont été revues à la baisse en raison du recul des prix du pétrole et de certaines autres matières premières.

La directrice générale du Fonds monétaire international (Fmi), Christine Lagarde a mis en garde les pays africains contre les effets néfastes d’un ralentissement de l’économie chinoise et d’une hausse imminente des taux d’intérêt aux États-Unis. «Le rythme de la croissance ralentit pour de nombreuses économies avancées et émergentes, dont la Chine, qui est un des principaux partenaires commerciaux de l’Afrique», a déclaré Mme Lagarde qui s’exprimait lors d’une visite au Rwanda.
Plombée par une baisse des investissements, un ralentissement de l’industrie manufacturière et une décrue des prix de l’immobilier, l’économie chinoise a enregistré une croissance de 7,4% en 2014.  Ce taux  de croissance, qui est le plus bas depuis 1990, devrait tomber à 7% en 2015 et à 6,8% en 2016.
Appelant l’Afrique à la «vigilance», la patronne du Fmi a noté que ce ralentissement aura des retombées sur le continent qui est actuellement plus intégrée que jamais dans l’économie mondiale.
Elle a aussi fait savoir que les prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne ont été revues à la baisse en raison du recul des prix du pétrole et de certaines autres matières premières, même si les perspectives globales de la région restent prometteuses,  avec un taux de croissance proche de 5% .
Mme Lagarde a, d’autre part, mis en garde contre des risques d’instabilité des marchés financiers après la «normalisation imminente de la politique monétaire» aux Etats Unis,  qui se traduira par une révision à la hausse des taux d’intérêt. «Même si ce processus est bien géré, il pourrait y avoir des effets négatifs pour les marchés émergents et la stabilité financière mondiale. Les économies africaines pourraient aussi être touchées», a-t-elle prévenu.

Ndeye Aminata CISSE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*