CONVENTION DE L'ONU CONTRE LA CORRUPTION ET SON MECANISME 40 organisations de la société civile armées

BLANCHIMENT D’ARGENT

CORRUPTION ET SON MECANISME ARGENTDakar abrite, du mardi 18 au vendredi 21 juin, une session de formation des organisations de la société civile sur la convention des Nations unies contre la corruption et son mécanisme. Elle vise selon le coordonnateur-résident du Système des Nations Unies, au renforcement des capacités des acteurs d’organisations de la société civile à l’examen minutieux de la Convention onusienne.

Ils sont 40 organisations de la société civile provenant de 25 pays africains et 10 du reste du monde à prendre part à la session de formation des organisations de la société civile sur la convention des Nations unies contre la corruption et son mécanisme ouverte hier, mardi 18 juin, et qui prendra fin vendredi prochain.

L’objectif de cette rencontre s’inscrit selon Mme Bintou Djibo, coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, dans le cadre du renforcement des capacités des acteurs d’organisations de la société civile à l’examen minutieux de la Convention des Nations unie contre la corruption et ses mécanismes d’application.

Il s’agira donc, pour ces différents acteurs de la société civile, en marge de cette rencontre de quatre jours, d’approfondir leurs connaissances de cet instrument de lutte contre la corruption mais également, de se familiariser à divers outils leur permettant de travailler à l’échelle nationale avec leur gouvernement, au cours du processus d’examen de l’application de la convention. Dans son mot d’ouverture, Mme Djibo a estimé que la convention est le seul instrument juridique contraignant de portée universelle de lutte contre la corruption. «Le champ étendu de la Convention et le caractère impératif de nombre de ses dispositions en font un instrument unique et exhaustif pour faire face au problème global de la corruption», a telle indiqué.

Elle renseigne par ailleurs que cette convention agit à différents niveaux à travers quatre domaines que sont, entre autres, la prévention dans le domaine public et privé; l’incrimination et l’application de la loi qui demande à tous les pays de faire de la corruption et de ses corollaires des crimes , la coopération internationale dans la lutte contre ce fléau de corruption et le recouvrement des avoirs qui permettent le retour des fonds détournés.

Pour toutes ces raisons, elle indique que «la maitrise de ce dispositif onusien (par les acteurs de la société civile) est essentielle dans l’instauration du dialogue avec les gouvernements sur l’évaluation de la mise en œuvre de ce dispositif onusien qui constitue de nos jours, l’instrument juridique le plus solide dont dispose la communauté internationale pour lutter contre la corruption et assurer le triomphe de l’intégrité». Dans le sens ou dit-elle, «la corruption a toujours constitué un obstacle au développement».

Elle précise que l’article 13 de la convention réitère la nécessité de mettre en œuvre résolument cet engagement onusien contre la corruption par la participation active de l’ensemble de la société. Représentant le ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Mamadou Baal, directeur de cabinet de Mme Aminata Touré, a indiqué que la démarche des nouvelles autorités sénégalaises s’inscrit dans cet élan de lutte contre la corruption.

La mise en place de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), la réactualisation de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) et le projet de création prochaine de la commission nationale de recouvrement des biens mal acquis constituent selon lui, «une preuve vivante de cette démarche de rupture entreprise par le président Macky Sall».

Saluant la coopération entre le Système des Nations Unies et le Sénégal, Mamadou Baal a souligné que cette rencontre permettra aux participants membres de la société civile d’être mieux outillés dans le cadre de leur mission de veille et d’alerte contre la corruption.

Nando Cabral Gomis

In the Spotlight

Macky Sall convoque une réunion de sécurité au Palais

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La recrudescence des crimes préoccupe au plus sommet de l’État. C’est ainsi que, rapporte Enquête, qui donne la nouvelle dans sa livraison de ce mardi, le Président Macky Sall a convoqué, hier, une réunion de [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*