Corruption: le Sénégal toujours dans la zone rouge

La ville de Dakar |Archives
La ville de Dakar |Archives
La ville de Dakar |Archives

Dans le dernier rapport du Forum Civil rendu public lundi à Dakar, le Sénégal enregistre un progrès avec deux points au compteur. Avec une note de 43 sur 100, il fait mieux que 2013. Ce qui lui permet de se situer au 69ème rang mondial et à la 10e place parmi les pays africains les moins corrompus.

Le Sénégal n’a pas encore endigué la corruption. Il reste dans la zone rouge de l’Indice de perception de la corruption (Icp), c’est-à-dire en dessous du score de 50 sur 100. Le rapport du Forum civil le classe à la 43ème place en 2014. Mieux que 2013, parce que le pays occupait la 41ème place. Donc, il a progressé de deux points, selon le Forum civil, qui est la section sénégalaise de Transparency international.

Pour Birahim Seck, membre du Forum civil qui a lu le rapport, la traque des biens mal acquis et l’adoption de la loi portant déclaration de patrimoine a influé positivement sur le rang du Sénégal dans le classement de l’Icp en 2014. «Les votes des lois créant l’Ofnac et instituant une déclaration de patrimoine ont contribué à renforcer cette dynamique», explique Birahim Seck.

En revanche, cela ne signifie pas que tout est rose dans la lutte contre la corruption. Dans son rapport, le Forum civil relève d’éventuels niches de mauvaises pratiques. Il s’agit, selon Birahim Seck, des conditions d’appel d’offres, qui sont le plus souvent «trop générales», comme la construction du centre de conférence de Diamniadio ou la cité de l’émergence. A cela s’ajoute la demande de renseignement des marchés, où la fraude est perceptible avec les ententes directes, selon le Forum civil.

Le relèvement du seuil de passation des marchés sent aussi la corruption. Selon Birahim Seck, tous ces aspects sont à améliorer sinon le Sénégal risque de voir sa note dégringoler les années à venir.

Pour cela, le Forum préconise la création d’une commission de recouvrement des biens mal acquis, l’adoption de lois sur la prévention des conflits d’intérêts, du financement des partis politiques, d’accès à l’information et de code de conduite et de déontologie. L’Icp est un indice composite, utilisé pour mesurer la perception de la corruption passive des agents publics et la classe politique percevant des pots de vin.

Baba Mballo
© OEIL D’AFRIQUE

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*