Côte d’Ivoire: Après les mandats d’arrêts émis contre lui, Soro révèle depuis Katiola ce que lui a confié Ouattara

pix_1459510615e113655_1

Côte d’Ivoire: Après les mandats d’arrêts émis contre lui, Soro révèle depuis Katiola ce que lui a confié Ouattara

Le président de l’Assemblée nationale dit avoir échangé sur ce sujet avec le chef de l’Etat, Alassane Ouattara qui lui aurait confié de garder sa « sérénité », ce qui expliquerait désormais son silence sur lesdits poursuites.

« Quand j’ai eu mes mandats, je me suis assis chez moi pour me demander parmi les hommes politiques en Côte d’Ivoire, qui sont ceux qui ont eu des mandats d’arrêt. Parce que moi je n’ai décidément pas de chance. Quand j’étais étudiant, j’avais déjà eu deux mandats. Un lancé par le ministre Dibonan Koné et un lancé par le 5ème cabinet du juge Dagnogo N’golo », a-t-il rappelé, avant de poursuivre: « Etudiant, j’ai eu deux, maintenant homme politique j’ai encore deux. En faisant l’inventaire des mandats, je me suis rendu compte que Son Excellence le Président Alassane Ouattara a eu un mandat et cela m’a réconforté un peu. Je me suis dit donc je ne suis pas seul dans les mandats. Et un jour le Président m’a reçu et m’a dit : ‘’Guillaume, il faut que tu gardes la sérénité’’, puis il m’a expliqué que lui-même était dans un véhicule et c’est la radio qui lui annonçait qu’il avait un mandat d’arrêt international. Nous avons partagé ces moments d’émotions à deux. Et je lui ai répondu : ‘’M. le Président, j’ai compris, je tiendrai le coup’’. Comme vous l’avez constaté depuis ce moment, je n’ai plus fait de déclaration sur ces questions de mandat et de mandat. »

Tout en indiquant qu’il restait « serein » et « imperturbable », l’ancien chef rebelle qui, tranchant avec ses habitudes d’alors, n’a plus effectué de voyage en France depuis le rocambolesque épisode du jeu du chat et de la souris avec la justice française au moment de la Cop 21, a répondu à ceux qui pensent qu’il lorgne le fauteuil présidentiel en 2020.

« Oui, les gens pourront continuer de baver de la haine, de lancer des attaques, de dénigrer, de tenter de détruire, de vouloir assassiner politiquement, mais il plaira à Dieu de me tracer le destin qu’il a prévu pour moi. Je veux rassurer Katiola, les Ivoiriens, que je n’ai aucune obsession. Je n’ai aucune impatience. De toutes les façons, le gamin qui hier dans les rues de Katiola n’avait que pour seul rêve de devenir peut-être, qui sait un enseignant, est aujourd’hui président de l’Assemblée nationale. Et c’est parce que Dieu l’a voulu. Chers parents de Katiola, je vous le dis avec beaucoup de sincérité et de force. Je ne crains rien, je suis serein. Et nous marcherons sur le chemin de notre destin, inévitablement », a conclu l’homme moins en vu au pays depuis l’affaire des écoutes téléphoniques au Burkina.

Une situation qui par ailleurs agace ses supporters qui interpellent les rédactions pour se plaindre d’un manque de visibilité soudain de Guillaume Soro sur les antennes de la Rti et dans les médias du pouvoir Ouattara.

source: koaci

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*