Côte d’Ivoire: « Guerre » entre opposition et pouvoir sur le référendum constitutionnel

ciLa « guerre » est visible entre l’opposition politique ivoirienne et la coalition au pouvoir sur le projet de Constitution. Dans les journaux, affiches et meetings, l’on constate une communication en faveur du « oui » et du « non ».

Au lendemain du lancement officiel de la campagne référendaire, qui a eu lieu samedi dernier au stade Félix Houphouët-Boigny, « Le Quotidien », un journal pro-Gbagbo, a écrit « fiasco du Rhdp (coalition au pouvoir) au Félicia (stade) », montrant des sièges vides dans les tribunes, derrière le président Alassane Ouattara, arrêté à bord de son véhicule de commandement.

Dans les rues d’Abidjan, l’on voit seulement des campagnes du oui sur des affiches. De leur côté, des leaders de l’opposition dont Abou Drahamane Sangaré, chef d’une fronde du parti de Gbagbo, et Mamadou Koulibaly, ex-président de l’Assemblée nationale, font des déclarations fracassantes contre le projet de Constitution.

Pour M. Sangaré, « cette Constitution ne doit pas passer ». Ce message rime à une déclaration de « guerre » contre le référendum constitutionnel. Quant à Mamadou Koulibaly, « le propriétaire de la Constitution, c’est le peuple (…) Ouattara veut contourner le peuple, ce n’est pas un démocrate, c’est un dictateur».

Danielle Boni Claverie, présidente de l’URD, estime que « retirer ce projet, est la seule voie de la sagesse ».

Le quotidien «Le Patriote », journal proche du parti présidentiel, le « oui » est en marche. Reprenant les propos du chef de l’Etat Alassane Ouattara, il écrit que cette nouvelle Constitution « est une assurance-vie pour la paix ».

« Notre opposition est irresponsable et indigne », a déclaré Amadou Gon Coulibaly, secrétaire général de la présidence ivoirienne, cité par Le Patriote. Il a martelé que la Côte d’Ivoire a « une opposition médiocre ».

Le référendum constitutionnel est prévu le 30 octobre prochain après la période de campagne prévue qui s’achève le 29 octobre.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*