Côte d’ivoire : Hamed Bakayoko dément son implication dans le scandale de l’achat de pétrole brut

Le ministre ivoirien de l’Intérieur, Hamed Bakayoko
Le ministre ivoirien de l’Intérieur, Hamed Bakayoko
Le ministre ivoirien de l’Intérieur, Hamed Bakayoko

Cité dans l’affaire de corruption entre la Côte d’ivoire et le Groupe pétrolier Gunvor, le ministre ivoirien de l’Intérieur Hamed Bakayoko s’est défendu de toute implication dans l’affaire révélée il y a quelques semaines par Médiapart, le site français spécialisé dans les investigations et les révélations.

Sur sa page Facebook, Hamed Bakayoko a tenu à expliquer qu’il n’avait eu que deux rencontres avec ce Groupe pétrolier au cours desquelles il a encouragé les responsables de Gunvor à investir en Côte d’ivoire au vu de l’environnement favorable.

«Lors d’une mission à Paris, j’ai accordé une audience au groupe Gunvor, qui m’a fait part de son intérêt d’investir en Côte d’Ivoire. Je l’ai rassuré sur le net progrès de l’environnement sécuritaire et l’ai encouragé à le faire. J’ai à nouveau reçu une délégation de ce groupe, cette fois à Abidjan, lors de l’un de ses passages en Côte d’Ivoire », indique le ministre ivoirien.

Hamed Bakayoko ne se voit pas impliqué dans l’affaire de la vente du pétrole brut ivoirien et explique son contact par des rencontres classiques dans le cadre du travail gouvernemental.

«Le Gouvernement est engagé dans la mise en œuvre des principes de bonne gouvernance. J’en fais une valeur essentielle dans la conduite de ma mission », écrit le ministre ivoirien de l’intérieur.

Dans l’article incriminé par le ministre ivoirien, Médiapart a relevé que le principal interlocuteur du Groupe pétrolier n’était autre que Hamed Bakayoko, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, dont le domaine d’action n’a pourtant officiellement rien à voir avec le pétrole. Une lettre de remerciement sur papier en-tête de Gunvor lui est envoyée en septembre 2013.

De même, le site français avait relevé qu’en fin 2013, Gunvor a remporté un «appel d’offres» auprès de la Petroci pour acheter 650 000 barils de brut provenant du champ pétrolier «Espoir». La valeur du cargo atteint quelque 70 millions de dollars, avec un bénéfice pour le négociant de près d’un million de dollars.

Pour Hamed Bakayoko, il s’agit d’une interprétation tendancieuse de la lettre qui lui a été envoyée par les dirigeants de Gunvor. Il précise en outre qu’il n’a reçu « aucune rémunération d’aucune sorte du Groupe Gunvor ». « Personne ne peut et ne pourra établir le contraire », lance M. Bakayoko comme un défi à ses détracteurs.

© OEIL D’AFRIQUE

In the Spotlight

TOUBA: 300 DEPOTS CLANDESTINS DE MEDICAMENTS

by bishba in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

La ville de Touba abrite à elle seule plus de 300 dépôts clandestins de faux médicaments, contre une quarantaine de d’officines de pharmacie. La révélation a été faite, sur la Rfm, par le président de [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*