Côte d’Ivoire: la Commission de réconciliation exige la libération des prisonniers politiques

charles-konan-bannyAprès trois années d’exercice, la commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr) présidée par Charles Konan Banny a remis son rapport au Président ivoirien Alassane Ouattara. Dans son rapport, la Entre autres, la commission exige une justice équitable ainsi que la libération des prisonniers politiques pour favoriser la réconciliation.

C’est le 15 décembre que le rapport final d’activités de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr), mis en place depuis trois ans et présidée par l’ancien premier ministre Charles Konan Banny, a été remis à Alassane Ouattara. La mission de la Commission de Charles Konan Banny ne s’est pas passée comme lettre à la poste. Parmi les difficultés rencontrées, on note le manque de moyens financiers. Près de 16 milliards FCFA avaient été nécessaires pour le fonctionnement de la Commission depuis 2011.

La Commission a fait plusieurs recommandations, pour dit-on, promouvoir la paix en Côte d’Ivoire. Ainsi, le président de la Cdvr a insisté sur la nécessité de tourner la page des 20 dernières années de crise et a invité les Ivoiriens à un dialogue permanent, au pardon des offenses et à une justice équitable et surtout à la libération des prisonniers politiques.

Pour la CDVR, la libération des prisonniers politiques est une nécessité pour parvenir à la réconciliation nationale. Elle a également proposé la mise en place d’un fonds d’indemnisation à hauteur de 10 milliards FCFA.

Alassane Ouattara a assuré que ce fonds sera disponible dès janvier 2015 et sera consacré aux victimes de la crise post-électorale qui a fait au moins 3.000 morts entre 2010 et 2011. Le fonds d’indemnisation prendra également en compte les réparations de préjudices qui s’imposeraient.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*