Côte d’Ivoire: Le vice-président, élu, va « garantir la continuité de l’État » en cas de vacance de pouvoir (Ouattara)

ouattaraLe chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, a annoncé officiellement samedi soir la « création d’un poste de vice-président, élu au suffrage universel direct» e vue de « garantir la continuité de l’État » en cas de vacance de pouvoir, dans un discours à la Nation, à la veille de la commémoration du 56e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

Comme « principales innovations envisagées dans le cadre de cette nouvelle Constitution, nous avons la création d’un poste de vice-président, élu au suffrage universel direct, en même temps que le président de la République. Ainsi, en cas de vacance de pouvoir, il garantit la continuité de l’Etat d’une part et le respect du calendrier électoral d’autre part, car tout comme le président de la République, le vice-président représentera le choix du peuple », a déclaré M. Ouattara.

Il a indiqué que l’intérêt de cette réforme était de « garantir la paix et la stabilité », assurant que le texte final, qui « sera soumis dans quelques semaines, par le Comité d’Experts, sera le reflet de ces réformes, mais également les propositions de toutes les forces vives de la Nation ».

« Ces propositions seront soumises à votre décision, à la fin du mois d’octobre de cette année. Le dernier mot vous (le peuple) reviendra », a-t-il ajouté.

« Cinquante-six ans (56) après notre accession à l’indépendance, il nous revient de porter plus loin et plus haut les rêves des pères fondateurs de notre pays. Aujourd’hui, s’ouvrent devant nous, les nouvelles pages de notre histoire. Le référendum sur la nouvelle Constitution est pour chaque Ivoirien l’occasion de transmettre, aux générations futures, un message de paix, d’unité, de prospérité et d’espérance en l’avenir », a-t-il poursuivi.

« Tous ensemble, soyons prêts à prendre nos responsabilités face à l’histoire. C’est cela, le destin de toute grande Nation. Nous devons créer la Côte d’Ivoire de demain », a lancé le président Ouattara.

M. Ouattara a par ailleurs rappelé la réforme concernant la création d’un Sénat. Pour lui, après 56 ans d’existence, le pays « regorge d’une classe importante d’anciens serviteurs de l’Etat, de personnalités de qualité, dont l’expérience peut apporter une grande contribution au processus législatif ».

« La création du Sénat va ainsi conférer au parlement ivoirien un caractère bicaméral, c’est-à-dire à deux chambres ; mais garantissant la primauté de l’Assemblée Nationale », a-t-il dit.

Il y a quelques semaines, le président Ouattara rencontré diverses organisations, notamment la société civile, les partis politiques, la chefferie traditionnelle, les guides religieux, les femmes, les jeunes, pour leur présenter le projet de réforme constitutionnelle. « Notre volonté est que ce nouveau contrat social soit le plus inclusif et le plus consensuel possible. Dans ce cadre, toutes les contributions sont reçues par le Comité d’experts mis en place à cet effet », a-t-il souligné.

Vingt et trois partis de l’opposition ivoirienne dont le Front populaire ivoirien (Fpi), la formation politique de Gbagbo, ont rejeté le projet de révision de la Constitution, estimant qu’elle n’est pas opportune.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*