Côte d'Ivoire : « Les Ivoiriens savent dire merci à l’ex-rébellion des FN» déclare Guillaume Soro

guillaume-soro_1Au cours d’une rencontre «conviviale» avec ses ex-compagnons des Forces nouvelles qui s’est tenue dans la nuit de lundi à mardi, le Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro a indiqué que les Ivoiriens sont «reconnaissants» à l’ex-rébellion des Forces Nouvelles à qui ils savent dire «merci».

Guillaume Soro, le leader de l’ex-rébellion des Forces Nouvelles recevait à sa résidence des membres de ce mouvement dont certains sont fâchés «parce qu’ils considèrent qu’il n’y a pas eu de considération à leur endroit et que Soro ne les recevait pas régulièrement», selon les infos relatées par APA.

«Vous savez, la tâche n’est pas aisée, elle est difficile, nous essayons de faire du mieux que nous pouvons mais je peux vous assurer que ce n’est pas facile. Ce n’est pas facile en même temps d’allier la responsabilité institutionnelle et même la responsabilité d’homme politique nécessairement», a déclaré le président du parlement ivoirien.

«C’est vrai cinq ans après, certains sont à la retraite, d’autres sont encore au chômage, d’autres travaillent, certains sont frustrés par leurs situations personnelles mais je demande à chacun ici de savoir que le jour où nous sommes nés, Dieu a prévu pour chacun d’entre nous, un destin», a-t-il dit.

Soro demande à ses ex-compagnons de remercier Dieu d’être en vie au lieu d’être frustrés.

«Parmi nous, d’autres sont morts, ils n’ont pas eu la même chance que nous. Nous avons la chance d’être vivants aujourd’hui. Ils sont tombés, ils sont restés sur le chemin. Il y a tellement de famille de nos amis qui aujourd’hui sont en déshérence», raisonne le patron des Forces Nouvelles.

Guillaume Soro s’engage à organiser chaque 11 avril et 19 septembre, une rencontre de convivialité.

L’échec du coup d’Etat perpétré le 19 septembre 2002 contre le régime de Laurent Gbagbo s’est vite mué en une rébellion armée qui a régenté pendant huit ans, la moitié nord du pays alors que le Sud est resté sous contrôle gouvernemental.

La date du 11 avril 2011 marque la fin de la crise postélectorale avec l’arrestation du Président Laurent Gbagbo après une bataille armée qui a fait officiellement plus de 3000 morts.

« Aujourd’hui, je le sens, je le mesure quand je vais à l’intérieur du pays dans les villages, dans les campements, les Ivoiriens sont reconnaissants parce qu’ils arrivent à nous reconnaître, ils arrivent à nous dire merci », se satisfait M. Soro.

 OEIL D’AFRIQUE

In the Spotlight

Côte d’Ivoire : Michel Gbagbo va retrouver son père

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

113SHARESShareTweet Par Jeune Afrique – Côte d’Ivoire. Michel Gbagbo va retrouver son père. Laurent Gbagbo recevra les 25 et 26 septembre la visite de son fils, Michel Gbagbo, qu’il n’a pas vu depuis leur arrestation, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*