Côte d’Ivoire: Les restes d’Ahmadou Kourouma rapatriés à Abidjan pour un hommage mérité

Côte d’Ivoire: Les restes d’Ahmadou Kourouma rapatriés à Abidjan pour un hommage mérité
Côte d’Ivoire: Les restes d’Ahmadou Kourouma rapatriés à Abidjan pour un hommage mérité
Côte d’Ivoire: Les restes d’Ahmadou Kourouma rapatriés à Abidjan pour un hommage mérité

Le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Fausséni Dembélé a annoncé jeudi le rapatriement du corps de l’écrivain, Ahmadou Kourouma mort sur la terre française en décembre 2003. De son vivant, l’écrivain avait toujours souhaité être enterré sur sa terre natale. De même, la nation ivoirienne lui rendra un hommage mérité pour son influence dans la littérature africaine.

Décédé à Lyon (France) le 11 décembre 2003, l’écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma auteur de plusieurs œuvres sera exhumé pour être inhumé à Abidjan le 14 novembre prochain. Cette décision provient de la volonté du gouvernement ivoirien d’honorer le vœu de l’écrivain mais aussi de lui rendre un hommage mérité.

Ainsi, les restes de M. Kourouma seront transférés à Abidjan le 12 novembre prochain pour être inhumés le 14 dans le cimetière de Williamsville, à Adjamé. Plusieurs activités didactiques et académiques seront organisées par le comité mis en place pour le retour des restes de l’écrivain en terre natale.

Parmi ces activités, on note des séances de lecture des textes et livres publiés par l’auteur notamment «Le soleil des indépendances», «Allah n’est pas obligé», etc. Une table ronde mais aussi des séances de témoignage des proches de l’écrivain seront organisées.

Le gouvernement ivoirien a décidé de baptiser une rue au nom d’Ahmadou Kourouma dans la commune de Cocody. Outre le baptême de la rue, Ahmadou sera décoré à titre posthume par la grande chancellerie.

Les membres de l’académie des sciences, des arts, des cultures d’Afrique et des diasporas africaines (ASCAD) et ceux de l’institut national supérieur des arts et de l’action culturelle (INSAAC) auront l’occasion de rendre hommage à leur ex-compagnon.

Avec son œuvre « Allah n’est pas obligé », Ahmadou Kourouma avait décroché le prix Renaudot en 2000, et aussi le prix Goncourt des lycéens.

© OEIL D’AFRIQUE

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*