Côte d'Ivoire : Soro dangereusement armé. IL a accumulé 300 tonnes d'armes, d'après les sources de l'ONU.

Guillaume-Soro_03L’ancien chef rebelle devenu président de l’assemblée nationale , Guillaume Soro a profité de la guerre civile en 2011 et de ses répercussions pour accumuler des centaines de tonnes d’armes, dont plusieurs sont sous le contrôle de ses loyalistes dans l’armée, selon les enquêteurs de l’ONU.

L’accusation est publiée dans un rapport écrit par des experts chargés de la surveillance d’un embargo sur les armes imposé par l’ONU. Soro a dirigé les rebelles des Forces Nouvelles, qui occupaient la moitié nord du pays pendant près d’une décennie.

« Le groupe (Groupe d’experts sur la Côte d’Ivoire) a documenté l’acquisition par les Forces nouvelles de quantités importantes d’armes et de munitions, estimées à 300 tonnes, à la suite de la crise post-électorale», a souligné le rapport.
« Guillaume Soro a directement dirigé les opérations d’accumulation du matériel. » Les stocks représentent environ 30 pour cent de l’arsenal total de la Côte d’Ivoire, selon le rapport .

« L’arsenal mentionné comprend du matériel importé en Côte d’Ivoire , en violation du régime de sanctions , et qui n’est pas encore sous le contrôle de l’armée »poursuit le rapport.

Soro a nié les accusations.

« Les enquêteurs sont de médiocres farceurs » at-il écrit dans une réponse à Reuters . « Tout ce qui leur reste c’est de nous accuser d’avoir des armes de destruction massive. »

Reuters a mentionné qu’elle n’a pu contacter les représentants du gouvernement, y compris le ministre de la Défense et le porte-parole du gouvernement .

L’an dernier, Reuters a documenté la découverte d’armes par l’ONU, qui n’avaient pas été déclarées aux autorités gouvernementales et étaient détenues dans un camp militaire dans la ville de Korhogo , sous le contrôle d’un ancien commandant des Forces Nouvelles. D’autres stocks armes ont été trouvés dans une ancienne école de formation militaire à Bouaké et dans les locaux situés à Abidjan qui sont situés proximité de l’unité de protection de Soro. Selon les enquêteurs, les stocks comprennent les armes saisies par les commandants rebelles lorsqu’ils se dirigeaient du Nord au Sud.

« Bien que la plupart des anciens commandants de zone soient intégrés dans l’armée, ils continuent d’avoir une indépendante influence politique et financière », a indiqué le rapport.

D’autres armes découvertes sous le contrôle des anciens rebelles qui sont intégrés dans l’armée comme officiers supérieurs portaient les numéros de série et de lot de livraisons d’armes importées par le Burkina Faso entre Avril et Août de 2011. Les achats d’armes ont été organisés par le général Gilbert Diendéré, ont écrit les enquêteurs.

Avec Reuters

In the Spotlight

Boris Johnson rétablit le subventionnement d’Al-Qaïda via le CSSF

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le ministère britannique des Affaires étrangères a discrètement rétablit le subventionnement d’Adam Smith International (ASI), interrompu depuis deux mois. En décembre 2017, l’émission Panorama (BBC) avait montré qu’ASI, soutenu par le gouvernement de Sa Majesté pour former [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*