Coupures d’internet par des pays d’Afrique subsaharienne : plus de 131 milliards de pertes pour les économies

Pour restreindre la liberté d’expression des citoyens, certains régimes, notamment en Afrique subaérienne, ont trouvé une arme. C’est la coupure d’internet. Dans un contexte où la parole est facilement libérée dans les réseaux sociaux, que les mécontentements sont affichés et que les manifestations s’y organisent, la suspension de l’accès à Internet est une arme efficace pour les régimes qui s’adonnent à cette pratique. Mais les conséquences pour les économies est énormes.

Selon un rapport de la Coalition pour les politiques internationales sur les technologies de la communication et de l’internet en Afrique australe et de l’Est (CIPESA), les coupures administratives ont coûtés sur la période 2015-2017, plus de 130 milliards de francs CFA.

Dans une enquête sur « L’impact économique des coupures d’internet en Afrique subsaharienne », présentée le 29 septembre 2017 à Johannesburg en marge du Forum sur la liberté d’accès à internet en Afrique, la Cipesa, basé à Kampala en Ouganda révèle que les coupures internet dans une douzaine de pays ont entraîné d’importantes pertes économiques chiffrées à 200 millions d’Euro, l’équivalent de 131,19 milliards FCfa, de 2015 à 2017.

L’organisation dénonce un recours croissant des gouvernements à ces interruptions, à des fins politiques, le plus souvent observé avant des élections ou en périodes de manifestations. 

« Les coupures d’internet, même de courte durée, perturbent la croissance économique, interrompent des services essentiels, minent la confiance des investisseurs et dégradent l’image du pays. Les gouvernements africains devraient s’interdire ce genre de fermetures », indique l’étude, relayé par le site de BBC Afrique.

Le Sénégal, qui ne fait pas partie de cette étude, est tout de même prévenu des pertes pouvant être occasionnées par une coupure administrative d’internet.

Les pays visés par le rapport du Cipesa sont la République Démocratique du Congo, le Cameroun, l’Ethiopie, la Gambie, le Togo, le Tchad, le Niger, le Burundi, la République Centrafricaine, le Mali, le Gabon, le Botswana, le Ghana, le Kenya, le Malawi, la Tanzanie, l’Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*