CREI – Jonction des deux procédures : Karim gavé de peines – Cheikh Diallo, Pierre Agboba et Boubakar Konaté passent la Tabaski en famille

karim cheikh dialloLa liste des co-prévenus de Karim Wade qui ont bénéficié d’une mise en liberté provisoire s’est rallongée ce mardi. Après Mbaye Ndiaye, et Bibo Bourgi, placés sous contrôle judiciaire depuis quelques mois pour des raisons de santé incompatible aux conditions de détention, trois autres complices présumés de Karim Wade dans l’affaire d’enrichissement illicite pour laquelle les poursuit la Crei, ont bénéficié d’une mesure similaire.

En effet, à l’issue de l’audition du dossier dans le fond, dont la phase d’instruction était arrivée à terme ce jeudi 17 octobre, MM. Cheikh Diallo, l’administrateur du groupe de presse Cd Média, Pierre Agbogba et Boubacar Konaté ont pu humer l’air de la liberté.

Cependant, l’affaire est loin d’être classée pour eux car ces personnes restent sous contrôle judiciaire jusqu’à la fin de la nouvelle instruction, suite à la deuxième inculpation qui leur a été notifiée le mardi dernier. En ce qui Karim Wade, comme Le Quotidien l’avait déjà souligné dans l’édition du mardi dernier, des éléments nouveaux qui font état de 99 milliards supplémentaires retrouvés dans des comptes bancaires à son nom dans la Principauté de Monaco, et sur lesquels il n’a pu apporter de justificatif probant, ont scellé son sort.

En effet, pour seule justification à l’argent trouvé dans ses comptes, Karim Wade a exhibé une lettre de son père, l’ancien président Abdoulaye Wade. Ce dernier, dans cette missive, déclarait que les sommes trouvées dans le compte de son fils lui appartenaient, sans donner d’explication plausible sur leur origine. Le baroud d’honneur de ses conseils, qui ont tenu à tout prix à lui éviter une nouvelle inculpation et un mandat de dépôt, n’a pu le sauver et lui permettre de retrouver ses présumés complices dans la liberté.

Le juge d’instruction du parquet spécial a donc suivi le réquisitoire du procureur spécial et décidé de placer Wade-fils sous mandat de dépôt. Des éléments nouveaux n’ayant pas alourdi leur dossier, Pierre Agboba, Cheikh Diallo et Boubacar Konaté ont pu, pour leur part, passer la fête de la Tabaski auprès de leurs proches, tout en restant à la disposition de la justice sénégalaise.

Jonction des deux dossiers

Une jonction des deux dossiers, que Me Ciré Clédor Ly avocat de Karim Wade a qualifié «d’acrobatie juridique», fait que le premier dossier ne sera pas vidé avant la fin de l’instruction du second. Un «contournement de la procédure normale» que les conseils de l’ancien ministre des transports aériens et de l’énergie ont tenté, jusque tard dans la nuit de mardi à mercredi (veille de la fête de Tabaski), de démonter en usant de toutes sortes de manœuvres juridiques et autres que leur permettait la loi.

En effet, jusqu’à minuit passé, les avocats de Karim Wade ont fait des pieds et des mains pour éviter ladite jonction des deux dossiers, mais en vain. Venus témoigner de leur fidélité à Karim Wade, plusieurs membres du Pds, à l’instar de Serigne Mbacké Ndiaye et de la dizaine de militants restés devant les locaux de la Crei jusque tard dans la nuit, ne se doutaient guère de ce rebondissement dans la procédure. Au contraire, certains militants s’attendaient à ce que le juge prononce le nom lieu.

« Un responsable m’a dit qu’il allait être relâché» confiait avec confiance un membre de l’Ujtl. Lui, comme bien d’autres présents sur les lieux, ont eu l’impression d’une douche froide à l’annonce de la nouvelle inculpation, et du mandat de dépôt consécutif.

tndiaye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*