Cristina Kirchner poursuivie pour spéculation de taux de change

fernandez_kirchnerL’ancienne présidente argentine, Cristina Kirchner, a été inculpée vendredi pour préjudice à l’État après une opération de spéculation sur les taux de change menée fin 2015 par la Banque centrale.

Selon la Cour suprême l’opération en question a fait perdre des centaines de millions de dollars au pays.

La Banque centrale est accusée d’avoir vendu plusieurs millions de dollars en prenant des positions baissières sur les marchés boursiers.

Selon Kirchner, l’action de la Banque centrale a été conforme à sa mission.

Le juge fédéral Claudio Bonadio a considéré “évident que l’ex présidente ait donné sans vérifier des instructions à son ministre de l’Économie pour que cette opération financière soit menée.

Le magistrat a donc ordonné le gel d’actifs de Mme Kirchner pour une valeur de 15 millions de pesos (un million de dollars).

Les mêmes poursuites ont été prises à l’encontre du ministre de l’Économie de l’époque, Axel Kicillof, de l’ex-président de la Banque centrale Alejandro Vanoli ainsi que douze autres anciens membres du directoire de cet organisme.

Les accusés n’ont pas été mis en détention préventive et pourraient faire appel de leur inculpation.

Lors d’une première comparution le 13 avril, Cristina Kirchner avait refusé de répondre aux questions du juge et avait en revanche demandé par écrit la destitution du magistrat.

L’ex présidente et plusieurs de ses proches sont également cités dans une affaire de détournement de fonds vers la Suisse en passant par des paradis fiscaux. Elle et son fils, le député Máximo Kirchner, font en outre l’objet d’une procédure pour irrégularités présumées dans la gestion d’activités immobilières familiales.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*