Dakar, Touba, Tivaouane et Kaolack : Un projet de 17 milliards de FCfa pour la gestion des déchets solides

Le Projet de gestion durable des déchets solides urbains (Pgdsu), financé par la Banque islamique de développement (Bid) à hauteur de 17 milliards de FCfa, a été lancé hier. Dans sa première phase, il vise à améliorer le fonctionnement du système de gestion des déchets solides dans les collectivités locales de Dakar, Tivaouane, Touba et Kaolack. L’objectif est de mettre en place des équipements de pré-collecte, de collecte et d’élimination des déchets solides.dechets solides

Au Sénégal, la bonne gestion des ordures se pose avec acuité du fait de l’absence d’un bon système de collecte, d’un manque criant d’infrastructures d’élimination des déchets, d’un déficit de comportement citoyen et de capacité financière et technique dans les municipalités. Mais, avec le lancement, hier, du Projet de gestion durable des déchets solides urbains (Pgdsu), l’espoir est permis. Mis en œuvre par l’Etat du Sénégal, avec l’appui financier de la Bid, ce programme, d’un coût de 17 milliards de FCfa pour une durée de 4 ans, concerne, pour sa phase initiale, Dakar, Touba, Kaolack et Tivaoune.

« Le but de ce projet est de réduire les risques d’atteinte à la santé des populations par l’amélioration structurelle du système de gestion durable des déchets solides urbains dans ces 4 villes qui regroupent plus de 5 millions d’habitants, soit presque 1 Sénégalais sur 2 », a indiqué Idrissa Dia, chef de division des infrastructures urbaines de la Bid. Le but de la rencontre d’hier est de renforcer la compréhension et l’appropriation du projet par les acteurs locaux, de mettre à jour un plan d’actions détaillé et de familiariser l’équipe du projet et les acteurs municipaux avec les procédures de la Bid, particulièrement en matière de décaissement et de passation des marchés.

 Des équipements sur toute la chaîne

L’originalité de ce projet, c’est qu’il prend en charge tout le processus d’une bonne gestion des ordures. En effet, il sera installé, dans les villes ciblées, des équipements de pré-collecte, de collecte et d’élimination des déchets solides, conformément aux bonnes pratiques environnementales. En outre, les acteurs bénéficieront de formations. Pour le secrétaire général du ministère de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales, la « concrétisation de ce projet traduit la volonté du chef de l’Etat, Macky Sall, d’ériger la préservation du cadre de vie comme un axe prioritaire de sa politique de développement économique et social ». Mieux, a-t-il ajouté, « ce projet s’inscrit parfaitement dans la vision portée par l’Acte 3 de la décentralisation, laquelle est de bâtir des territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable ».

Au nom des dirigeants des collectivités locales bénéficiaires, Madieyna Diouf a exprimé sa satisfaction de voir ce programme prendre en charge toutes les préoccupations dans la gestion des ordures. « C’est un ouf de soulagement pour nous. Dakar, Touba, Tivaoune et Kaolack, en plus d’être des agglomérations, sont des carrefours religieux. Et la gestion des ordures y constitue un problème majeur », soutient le maire de Kaolack.

Premier du genre financé par la Bid, aussi bien au Sénégal qu’en Afrique subsaharienne, ce projet pilote, a noté le directeur régional de la banque, Chérif Abdulwahab, en cas de réussite, pourrait être expérimenté dans d’autres municipalités du Sénégal et dans les pays membres de la Bid. « C’est donc un défi majeur pour nous tous. Le ministère, l’équipe exécutive du projet et les collectivités ont un rôle central à jouer. Et nous comptons sur leurs compétences », a-t-il dit. Quant à Sangoné Amar, ancien directeur général Bid pour l’Afrique, il a affirmé que la pérennité de ce projet dépendra de la capacité des autorités sénégalaises à trouver des ressources humaines et financières. A noter que le Pgdsu est une composante du Programme national de gestion des déchets (Pngd) qui vise à accompagner les collectivités locales dans l’amélioration du cadre de vie et la satisfaction de la demande sociale.

3 centres d’enfouissement technique, 3 de tri et 90 points de regroupements normalisés

Ce programme comporte plusieurs composantes, dont le développement des infrastructures de gestion et d’élimination des déchets solides urbains. Il vise à améliorer l’efficience dans le transport et la mise en décharge desdits déchets par la construction de 3 centres d’enfouissement technique, 3 centres techniques de tri et 90 points de regroupements normalisés.

En plus de ces infrastructures, ce projet permettra d’acquérir du matériel de pré-collecte et de collecte des déchets afin de renforcer la logistique en camions bennes-tasseuses, bennes, pelles mécaniques, poly-bennes, camions-tracteurs, bacs à ordures, tricycles, et d’améliorer le taux de collecte et l’efficience du service, surtout dans les zones les moins desservies. Le financement de ce programme couvrira également les besoins en équipements pour le balayage des rues et la protection des agents (brouettes, balais, râteaux, pelles, masques, gants, bottes, etc.) Il est également prévu un appui institutionnel et le renforcement des capacités.

EIB

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*