ARTICLE ARCHIVE: Dangote s’empare des terrains: Serigne Mansour Sy en colère contre le régime de Wade

Serigne Mansour Sy et Abdoulaye Wade
Serigne Mansour Sy et Abdoulaye Wade
Serigne Mansour Sy et Abdoulaye Wade

Serigne Moustapha Sy Djamil ibn Serigne Mansour Sy khalife général des Tijanes est monté au créneau pour dénoncer l’injustice dont son père fait l’objet dans la distribution de la forêt classée de Pout. Il s’en est violemment pris aux autorités du ministère de l’environnement de l’époque. Mais dans ses déclarations, il a épargné le Chef de l’Etat Me Abdoulaye Wade.

C’est en 1998, selon Serigne Moustapha Sy Djamil, que Serigne Mansour Sy a émis l’idée de moderniser la ville de Tivaouane par l’achèvement de la mosquée de Serigne El Hadji Malick Sy, le lotissement et la construction d’écoles, de villas. Pour se faire, ajoute Serigne Moustapha Sy, « nous avons sollicité et obtenu de l’Etat (entre la période de 2001 à 2006), un terrain de 5000 hectares dans la forêt classée de Pout ».

Mais selon lui, le décret n’a jamais été remis à Serigne Mansour Sy par les autorités du ministère de l’environnement et de la protection de la nature qui l’avaient par devers elles. Pire, selon toujours Serigne Moustapha Sy Djamil, quelques semaines après, les 5000 ha ont été distribués tour à tour par des autorités du ministère de l’environnement à Serigne Saliou Mbacké, à Dangote, à Serigne Abdoul Aziz Sy Junior porte-parole du khalife, à Khéweul, à Sococim et à des dignitaires Mbacké-Mbacké. «Ces autorités l’ont fait à dessein pour mettre en mal Touba et Tivaouane, mais aussi, diviser la famille de Serigne El Hadji Malick Sy. Mais c’est peine perdu, puisque Touba et Tivaouane sont inséparables.

Ce sont les disciples qui ignorent les rapports de Serigne Touba et de Serigne El Hadji Malick Sy, mais mon père et Sergine Saliou le savent très bien. Et la déclaration du khalife général des Mourides Serigne Cheikh Sidy Mactar Mbacké lors du dernier magal en est une parfaite illustration. Car avait-il rappelé, nous formons une seule famille», a fulminé Serigne Moustapha Sy Djamil chef du projet. Face aux manœuvres des autorités de l’environnement, Serigne Moustapha Sy crache sa colère. «Ils ont donné ce terrain à Dangote pour perturber et diviser notre famille pour des intérêts crypto-personnels d’argent. C’est ce qui nous fait le plus mal. Ils ont joué avec mon père jusqu’ici. Ils font tout pour que les dossiers n’arrivent pas à la présidence de la République», a dénoncé Djamil.

Selon Serigne Moustapha Sy Djamil, ces autorités ont pensé que Serigne Mansour Sy est doux comme un agneau qu’ils font paître au point d’abuser de sa bonté. Aujourd’hui, même Serigne Moustapha Sy Djamil n’est pas en mesure d’affirmer sans risque de se tromper combien d’hectares restent à son père tellement les autorités ont bradé ce terrain.

Me Wade innocenté, son entourage au banc des accusés

Dans cette affaire, le Président de la République Me Abdoulaye Wade est lavé de tout complot avec Dangote. «J’ai dit à mon père que tout le monde sait qui est Me Abdoulaye Wade. C’est un avocat qui connaît le droit. Et je suis sûr qu’il n’est pas au courant de ce qui se passe dans ce dossier», a indiqué Djamil. En revanche, Serigne Moustapha Sy accuse l’entourage de Me Wade, notamment les dirigeants à l’époque du ministère de l’environnement. «C’est sa famille malhonnête, véreuse qui manipule tout. Dans chaque famille d’ailleurs, il y a les bons et les mauvais enfants. Mais quand les mauvais enfants sont plus nombreux, comme c’est le cas dans la famille de Me Wade, c’est grave. Ils ont manœuvré jusqu’à vendre le terrain à Dangote comme c’est un multi milliardaire. Nous n’accepteront pas qu’on humilie nos autorités religieuses», a pesté Djamil.

La Solution de sortie de crise

Le vin étant déjà tiré, Serigne Moustapha Sy Djamil a décidé de le boire. Toutefois, il propose une solution de sortie de crise où chacun repartira gagnant. «Maintenant que Dangote s’est déjà installé, personne ne peut le raser parce que quelque part aussi, c’est un bénéfice pour le Sénégal parce qu’il y aura des personnes qui vont y trouver un emploi. Donc, on ne parle plus du problème de Dangote. Maintenant, ou bien on nous remet notre décret, ou bien Dangote nous vend l’usine. Nous demandons à Dangote de calculer tout ce qu’il a dépensé dans cette usine pour qu’on lui rembourse tout et qu’il nous laisse l’espace. On m’a confié un projet, alors je cherche une solution à l’amiable. Si Dangote est d’accord, nous lui rembourserons pour que les Sénégalais s’approprient  l’usine. J’ai déjà contacté des bailleurs pour le rachat de Dangote», a proposé Serigne Djamil. Dans la perspective de retrouver ces terres, Serigne Moustapha Sy Djamil dit entreprendre des démarches déjà. «J’en ai parlé au directeur général de Dangote et j’ai sollicité l’intervention de Me Wade auprès de Dangote. Mais nous ne pourrons pas supporter d’être chez nous et voir quelqu’un exploiter nos terres sous notre barbe. Il ne s’agit pas d’argent ou de quoique ce soit. Mais c’est notre dignité qui est en jeu. Nous nous sentons humiliés. Nous ne pouvons pas digérer cela. C’est une question d’honneur», a-t-il indiqué.

Les non-dits du dossier

Alhaji Aliko DangoteDans ce dossier, Serigne Moustapha Sy Djamil a décidé sciemment dit-il, de taire certaines choses de peur d’embraser le pays. «Ce que je sais de ce dossier, si je le dévoile,  cela va embraser le pays. Alors j’ai décidé sciemment de taire certaines choses pour la stabilité du pays. Car, le wolof dit que le mensonge qui unit vaut mieux que la vérité qui divise. Je n’ai dit que 5% de ce que je sais du dossier», a-t-il conclut.

Mais dans une lettre confidentielle dont nous avons copie et datée du 02 octobre 2006, le ministre de l’environnement de l’époque a saisi le Président de la République pour appréciation des résultats de la procédure consultative concernant trois déclassements de parties de forêts concernant :

Serigne Saliou Mbacké, khalife général des mourides, Serigne Mouhamadou Mansour Sy, khalife général des Tidianes et la régularisation du Village de Daral Peulh, près de Thiès. «Ces trois dossiers ont chacun reçu l’avis favorable de la commission régionale de Conservation des Sols (le 12 juillet 2006) et celui de la Commission nationale (21 août 2006)», lit-on dans le texte. À la période indiquée dans la lettre, Serigne Saliou Mbacké avait 942,07ha en FC Thiès (3b) et Serigne Mansour Sy avait 1.194, 54ha en FC de Pout (3a).

In the Spotlight

LE GHANA « SORT DU FMI » ET RESTE DEBOUT

by bishba in Economie 0

Le Ghana a surpris en claquant la porte au FMI, principal régulateur institutionnel de la finance internationale. Il se prive ainsi d’une manne qui lui tendait les bras. Il se devait donc de vite trouver [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*