Daphne Caruana Galizia: :Une source des Panama papers assassinée dans sa voiture

Elle était l’une des principales journalistes à la source des révélations des Panama Papers

Pour la énième fois, Daphne Caruana Galizia venait de poster un article sur son blog relatant une affaire de corruption impliquant un politicien maltais. De son habituelle écriture rapide et nerveuse, elle avait, encore une fois, exprimé son profond pessimisme face à ce fléau local : « Il y a désormais des escrocs partout où vous regardez. La situation est désespérée. »

Postée à 14 h 35, lundi 16 octobre, cette phrase semble étrangement prémonitoire. La blogueuse a été tuée une trentaine de minutes plus tard dans l’explosion de sa voiture de location, qui a été retrouvée par les services de secours dans un champ au bord de la route, à quelques encablures de son domicile.

La nature criminelle de l’attaque contre cette figure locale, qui comptait de très nombreux ennemis, ne fait guère de doute. Le premier ministre maltais, Joseph Muscat, qui faisait partie des cibles privilégiées de Mme Caruana Galizia, a d’ailleurs immédiatement qualifié cet acte de « barbare ». « Aujourd’hui est une journée noire pour notre démocratie et notre liberté d’expression », a-t-il ajouté, alors que l’île n’a pas connu d’assassinat politique depuis les années 1980.

image: http://img.lemde.fr/2017/10/16/0/0/4769/3179/534/0/60/0/9eb0344_PAR102_MALTA-CARBOMB-_1016_11.JPG

Les forces de police déployées sur les lieux de l’explosion du véhicule de Daphne Caruana Galizia.

Femme courageuse et controversée

La journaliste, historiquement plutôt proche de l’opposition, s’était fait une spécialité dans la publication de scoops et de ragots compromettants concernant la classe politique locale. Son blog en anglais était un des sites les plus lus de l’île, souvent plus que les journaux traditionnels, auxquels elle contribuait parfois, même si la plupart de ses revenus provenaient de son activité d’éditrice.

Elle avait notamment publié de nombreux articles sur l’implication de proches de M. Muscat dans les Panama Papers. Son fils, qui était présent dans la maison familiale au moment de l’explosion, travaille pour le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), dont Le Monde est partenaire.

A 53 ans, cette femme courageuse mais controversée s’était aussi fait récemment des ennemis au sein du parti d’opposition, qu’elle avait pourtant soutenu lors des législatives, en mai. Elle avait notamment publié plusieurs articles en août sur le nouveau leader du parti, Adrian Della, accusé d’avoir un compte à Jersey, alimenté, selon elle, par l’argent de la prostitution à Londres. Des articles qui lui avaient valu de nouvelles plaintes pour diffamation, qu’elle collectionnait autant que les menaces de mort, récurrentes dans une île aussi petite et divisée que Malte.

« Elle était très indépendante dans sa manière de penser, salue Arnold Cassola, ancien chef de file du parti Vert maltais. C’est elle qui a révélé les plus grands scandales à Malte. Même si elle s’est aussi fait beaucoup d’ennemis en écrivant parfois des stupidités. »

Au milieu des scoops, Daphne Caruana Galizia aimait en effet aussi s’en prendre aux membres de la famille ou aux tenues vestimentaires des responsables politiques, usant de termes parfois outranciers. Dans son avant-dernier post, elle critiquait ainsi vertement la posture de M. Della et « son cou qui dépasse à 45 degrés de ses omoplates, comme une tortue ».

 Lire notre portrait :   Daphne Caruana Galizia, la blogueuse qui veut faire tomber le gouvernement maltais

Les coulisses peu ragoûtantes

Interrogée par Le Monde en mai sur ces messages, dont nombre de Maltais estiment qu’ils desservaient le reste de ses publications, elle les avait défendus : « Je pense que c’est vraiment important parce que les politiques utilisent leur apparence ou mettent leurs enfants en avant pour faire campagne. »

Sous le choc, des milliers de Maltais sont descendus spontanément dans les rues lundi soir pour rendre hommage à la journaliste et dénoncer les coulisses peu ragoûtantes de ce pays membre de l’Union européenne depuis 2004. M. Della a notamment estimé que ce meurtre est une « conséquence directe de l’effondrement total de l’Etat de droit dans [le] pays ».

« Tout cela ressemble plutôt à la Russie qu’à l’Europe », abonde l’eurodéputé Vert allemand Sven Giegold, qui avait auditionné Mme Caruana Galizia cet hiver dans le cadre de la commission d’enquête sur les Panama Papers. « Sa passion était de révéler des vérités secrètes, mais dans une société plutôt étroite, comme à Malte, c’est particulièrement difficile. »

Source

Panama papers source

In the Spotlight

Vente de migrants en Libye : Le président nigérien réagit

by James Dillinger in A LA UNE 0

Le sommet se tiendra en Côte d’Ivoire les 29 et 30 novembre. Selon l’Agence France Presse, le chef de l’Etat nigérien a personnellement demandé à son homologue ivoirien Alassane Ouattara que la question soit évoquée [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*