DECLARATION DE POLITIQUE GENERALE L'Assemblée des grands jours

Mme le Premier ministre, Aminata TouréLa déclaration de politique générale de Mme le Premier ministre, Aminata Touré tenue hier jeudi, a fait renouer l’Assemblée nationale avec  les ambiances festives. A l’intérieur  comme à l’extérieur du bâtiment, tout renseigne sur l’événement de la journée.

Une sécurité bien présente

C’est un important dispositif sécuritaire qui a accompagné la déclaration politique générale du Premier ministre, Mme Aminata Touré. Des camions de policiers ont jalonné les deux axes qui mènent  à la place Soweto. A la porte principale de l’Assemblée, il faut montrer patte blanche pour accéder à l’édifice. Seuls les membres du gouvernement, les députés et certains dépositaires de badges spéciaux sont habilités à y passer.  A l’intérieur même constat. Toutes les entrées sont filtrées.

Une foule venue nombreuse

A 7h déjà, la place Soweto grouille de monde. Les piétons et les passagers des bus jettent des regards furtifs sur les batteurs de tams-tams qui déchargeaient leurs matériels sur la chaussée et des femmes transportées par des cars «Ndiaga Ndiaye» descendant des véhicules, l’air enthousiaste. Quelques heures après (9h), la place réservée aux spectateurs dans la salle est archi comble. Les nouveaux venus sont aussitôt ressortis par une quinzaine d’agents de sécurité déterminés à faire respecter l’ordre.

Les soutiens  politiques encore visibles

Cette quiétude est fort contrastée  avec ce qui se passe aux alentours de l’hémicycle. Des pancartes sur lesquels on pouvait lire les actes d’allégeance d’un leader politique au Premier ministre ou au Président Macky Sall sont visibles partout.
Interdits d’accès à l’’hémycicle, les batteurs de tams-tams et autres artistes quant à eux transforment la devanture  de l’Assemblée en un véritable théâtre. Les kakourangs d’un côté, les danses de l’autre, chacun essaie à sa manière de prêter main forte au locataire du 9éme  étage du building administratif.

La salle contrainte au mutisme

La grande salle de l’hémicycle n’a pas été animée comme ce fut le cas auparavant. En effet les cris d’hystérie, les applaudissements sont formellement interdits. Une dame saluant l’entrée du député Awa Sow  a faillit être évacué de la salle. Elle sera plus chanceuse qu’un groupe de jeunes sommés de libérer les lieux après avoir applaudi a l’entrée de leurs leaders.  C’est seulement à l’entrée  de Mme Aminata Touré vers 10 h 30 que la salle a osé s’enflammer sous le regard impuissant des forces de l’ordre. L’allocution de « Mimi » est suivie dans une quiétude totale. Pas de sonnerie de téléphone, ni de prise de notes encore moins de commentaires. Tout est calme.

Le calvaire des femmes

Sans doute tenaillées par la fatigue, des dames s’affalent à même le sol. Certaines trouvent même le temps de faire une petite sieste à l’ ombre des arbres. D’autres essayent de trouver refuge sous les escaliers, mais elles seront vite déguerpies par les forces de l’ordre.

Un militant du Pds frôle le pire

Pancarte à la main, un jeune garçon qui réclamait la libération de Karim Wade détenu dans la traque des biens mal acquis a faillit faire les frais de la foule qui s’est déchainé sur lui. Heureusement il sera secouru par les forces de l’ordre qui l’ont escorté en direction de la camionnette stationnée devant le musée Théodore Monod.

La presse bien mobilisée

La loge de presse a très tôt fait le plein. Les journalistes retardataires déambulaient dans les couloirs de l’Assemblée en quête de chaises. Par ailleurs les télévisions ont déployé de gros moyens pour assurer la couverture en direct. Hormis la télévision nationale, la Rts, on notait la Sen Tv et la Tfm.

Fatou NDIAYE Sudonline

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*