DECOUVERTE DE PETROLE AU SENEGAL PETROSEN CERTIFIE L’EXISTENCE DU PETROLE D’EXCELLENTE QUALITE

petroleLa découverte de pétrole au Sénégal est une réalité, les contrats d’exploitation signés par l’Etat du Sénégal ne sont pas léonins et son exploitation peut durer cinq à six ans. Ces précisions sont de Mamadou Faye, directeur général  de la Société  des pétroles du Sénégal (Petrosen), hier mercredi, lors d’un point de presse tenu à cet effet à ladite direction.  

«Du pétrole, il en existe bel et bien au Sénégal et d’excellente qualité. Ainsi que l’ont annoncé le 7 octobre dernier par nos partenaires de Cairn Energy (Grande Bretagne) CONOCOPHILLIPS (Etats unis) et FIRST Australian Ressources (Far en ‘’Australie’’)». 
 
C’est ce qua indiqué hier mercredi, à Dakar, Mamadou Faye directeur général de la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen), lors d’un point de presse. 
 
Toutefois, il précise que: «Les contrats d’exploration pétrolière signés par l’Etat du Sénégal ne sont pas léonins, mais standard, de même niveau que ceux des autres pays africains». 
 
Selon lui : «L’Etat du Sénégal détient 100 % des parts des contrats pétroliers portant sur des gisements de petites dimensions, et 80 % pour les grands gisements».
 
«S’agissant des contrats signés avec l’Indonésie, l’Angola et le Nigeria, les parts de la partie sénégalaise s’élevaient à 80 %», a indiqué le directeur général de la Petrosen.
 
Les opérations d’exploration de ce gisement sont menées par la société britannique Cairn Energy, qui a pour partenaires son homologue américaine ConocoPhillips, la société australienne Far et la Petrosen.
 
Selon les précisions du Dg «Cairn Energy Plc détient 40% d’intérêt dans trois blocs offshores Sangomar Deep, Sangomar Offshore et Rusifique couvrant au total 7490 km2 au Sénégal, contre 35% pour ConocoPhillips, 15% pour  FAR Ltd et 10% pour la compagnie nationale Petrosen». 
 
«Les 10% appartiennent à la Petrosen, pas à l’Etat du Sénégal», précise le Dg.
 
A la question de savoir pourquoi, l’Etat du Sénégal n’a pas porté le premier l’information, il répond: «Nous avons jugé utile de laisser nos partenaires porter en premier, l’information au public aux fins d’éviter comme par le passé, les   suspicions ou des déclarations pouvant être perçues comme politiques».
 
Toutefois, M. Faye a déclaré que: «Son exploitation peut prendre cinq à six ans».
In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*