Découverte du pétrole au Sénégal : La production annoncée pour 2017-2018

48d45c9db7ef71ff220539bfa806bb5cc9a66bddLa production de l’or noir pourrait commençer en 2017-2018. C’est ce qui ressort du salon international de l’énergie et du pétrole ouvert hier à Dakar. Une aubaine pour le Sénégal, car de l’avis des experts, les prix des produits pétroliers pourront connaître une baisse, en outre cette activité va générer beaucoup d’emplois.

Après avoir dévoilé son programme triennal et estimé à plus d’un milliard le nombre de barils de pétroles contenus dans ses blocs au large du Sénégal, Cairn energy annonce aujourd’hui la date de production de ce pétrole. «La découverte est tellement importante qu’il faut passer à la production. En 2016 au plus tard 2017-2018, nous passerons à la production», annonce Mesmim Samba Koubonga, manager à Intercontinental des services (Ics). Ce manager dont une partie du personnel de sa société, Ics faisait partie de l’équipe du bateau qui a découvert ce pétrole, est très optimiste. Qualifiant cette découverte, il souligne qu’elle sera également exploitable sur une longue durée.

M. Koubonga qui capitalise 16 ans d’expérience dans le domaine pétrolier a aussi affirmé que le pétrole découvert sur les côtes «pourra largement contribuer à baisser le prix du pétrole surtout que le Sénégal dispose d’une raffinerie. Mais aussi il va permettre au pays d’élargir la production de la raffinerie afin que les coûts du pétrole et de l’énergie puissent baisser».

Au-delà de la baisse des prix, l’exploitation de ce pétrole pourrait contribuer en grande partie à résorber le chômage des jeunes, car ce secteur, de l’avis de M. Koubonga, génère beaucoup d’emplois. Mais avant cela, faudrait-il que notre pays dispose de ressources humaines qualifiées dans le domaine des forages et du pétrole pour gérer la phase d’exploitation. Le Sénégal pourra ainsi compter sur la société Ics présente dans plus de 10 pays dont le Sénégal, spécialisée dans le mand power, c’est à dire la mise à la disposition de personnel qualifié et certifié dans les domaines des forages et la production du pétrole.

Quant à la Société africaine de raffinage (Sar) qui semble se préparer à cette éventualité, elle a décidé cette année, d’augmenter la capacité de raffinage pour aller à un million de tonnes. «L’année prochaine, nous prévoyons de faire l’extension qui va nous permettre de porter la capacité à 1,5 million de tonnes et avant 2020, nous allons réaliser l’extension complète pour faire une raffinerie aux standards internationaux qui produira 3 millions de tonnes l’année», annonce Abdoul Aziz Dème, chef de département à la Sar. La société qui fait un clin d’œil à la société Cairn déclare qu’il est en train de voir comment faire pour pouvoir traiter ce pétrole. En effet, souligne M. Dème, «il ne serait peut-être pas réfléchi d’aller chercher du pétrole ailleurs quand on peut l’avoir chez soi».

Ce 13ème salon est une occasion pour les participants de parler des complémentarités entre les énergies. Les découvertes récentes de pétrole au Sénégal en off shore et aussi des perspectives de découverte au Nord à Saint-Louis, mais aussi tous les projets de production d’énergie seront au cœur des débats en passant en revue l’ensemble des énergies et l’ensemble des contributions de ces énergies au développement du Sénégal.
Ngoundji DIENG

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*