DEMBA DIA SECRETAIRE GENERAL DU MAC ''Je n’ai pas trahi Wade''

demba-diaAprès son audience avec le président Macky Sall, Demba Dia rompt le silence. Dans cet entretien accordé à EnQuête, le leader du Mouvement pour l’action et la citoyenneté (Mac) évoque les raisons de son soutien au chef de l’État, de ses relations avec Wade et de ses ambitions pour les Locales de 2014.

Vous avez décidé de soutenir le président Macky Sall au terme d’une audience qu’il vous a accordée. Sur quoi vous vous êtes entendus ?

Le président Macky Sall est un ami de longue date. Certes, nous n’étions  pas du même camp, j’étais avec Wade, mais Dieu a fait qu’il a été porté à la tête du pays. Lorsqu’il m’a reçu, nous avons discuté des questions de développement pour que le Sénégal aille de l’avant. Puisque nous avons le même programme politique, nous ne pouvons ne pas répondre favorablement à son appel. C’est le Sénégal qui nous intéresse. Toue le monde sait que le pays traverse des difficultés que ce soit sur le plan de l’emploi ou sur le plan de la santé. Nous avons aussi constaté qu’un nouveau gouvernement a été mis en place. Il est maintenant dirigé par un Premier ministre politique pour accélérer la cadence.

Qui a sollicité cette audience ? Vous ou Macky Sall ?   

Cela n’a pas d’importance. Ce qui préoccupe Macky, c’est de développer le Sénégal. C’est également l’ambition du Mac et de Demba Dia. C’est cela le plus important.

On sait que vous aviez des rapports particuliers  avec Wade. Est-ce que  votre soutien à Macky Sall  n’est pas un  acte de trahison ?

Comment ? Je n’ai pas trahi Wade. Je le connais depuis l’opposition. Lorsqu’il a pris le pouvoir, je le critiquais. Ensuite, il m’a invité à venir le soutenir, je lui ai répondu favorablement. C’est mon père, mais ce qui est fait est fait. Il n’a plus d’ambition politique parce qu’il est âgé. Mais l’amour que j’ai pour Wade demeure.

Est-ce que vous l’avez informé de votre décision de soutenir Macky Sall ?   

Non il n’a pas été mis au courant. Je ne suis pas obligé de l’informer. Ce n’est pas Abdoulaye Wade qui me nourrit. Tout ce que j’ai eu, c’est le fruit de mon travail. Par conséquent, je n’ai pas besoin d’autorisation de qui que ce soit pour rencontrer Macky Sall ou quelqu’un d’autre. Je l’ai aidé (Wade) durant la campagne présidentielle et tout le monde a vu mon engagement.

Est-ce que votre démarche ne conforte pas l’idée selon laquelle les politiciens ne sont mus que par leurs intérêts ?

Non, je ne suis pas d’accord. Si j’avais soutenu Wade, c’est parce que je partageais avec lui la même vision pour l’Afrique. J’ai vécu durant longtemps à l’étranger et cela m’a permis de découvrir beaucoup de choses. L’Amour de Wade pour l’Afrique m’a séduit. Je ne suis pas de la race des politiciens qui sont tortueux. Nous faisons une politique de développement et si quelqu’un veut travailler avec nous dans ce sens, nous le soutenons. Notre seul souhait, c’est le développement du pays.

Il se dit que votre soutien à Macky Sall est lié aux difficultés que vous auriez actuellement dans vos business.

J’ai entendu des gens dire à la télé que les poches de Demba Dia sont trouées. C’est pourquoi il est allé soutenir Macky. Je pense que ces gens là ne me connaissent pas. Car, j’ai plusieurs sociétés qui me permettent de vivre convenablement. Je n’ai pas besoin de les citer. La politique ne m’a rien apporté, au contraire. Avant la politique, je faisais dans le social. Je ne fais pas de la politique un métier. Ceux qui soutiennent cela ne me connaissent pas. Quelles difficultés ? Je n’en ai pas. Je connais Macky Sall bien avant. Quand mon père est décédé, lui et Aïda Diongue ont été les seuls à venir chez moi pour présenter leurs condoléances. Ce geste m’a touché ainsi que toute ma famille. De plus, Macky est mon parent. Si un jour on devrait rentrer au Fouta, nous rentrerions ensemble (Rire).

On a vu El Hadji Ndiaye de la 2STV et Farba Ngom vous accompagner lors de cette audience. Quel rôle ont-ils joué dans ce rapprochement ?   

El Hadji Ndiaye est mon grand-frère et un modèle pour moi. Chaque personne a besoin de mentor et c’est lui mon mentor. Quand j’ai des idées, j’en discute avec lui. El Hadji Ndiaye est la première personne qui a ouvert un studio au Sénégal, une télévision privée. Quand on parle de télévision professionnelle, c’est la 2stv. C’est donc un bosseur avec qui je travaille. Nos relations ne datent pas d’aujourd’hui. Quant à Farba Ngom, c’est un parent ; nous partageons le Fouta. Leur rôle a été de faciliter la rencontre. C’est pourquoi nous avons été voir Macky.

Les populations vivent ces derniers temps un calvaire lié à la pénurie d’eau. Pensez-vous que le nouveau gouvernement est capable de résoudre les préoccupations des Sénégalais ?

C’est vrai que la pénurie a été durement ressentie par les populations, mais je pense que c’est réglé. Il faut que nous comprenions que le Sénégal n’a pas les moyens dont disposent la France ou les États-Unis où il n’y a pas de coupures d’électricité. Cela veut dire que ce ne sont pas les mêmes réalités. Toutefois, j’ai espoir pour ce nouveau gouvernement, surtout avec la nomination de Amadou Ba aux Finances et de Mouhamadou Makhtar Cissé au Budget.

Est-ce que vous êtes candidat à la mairie des Parcelles assainies en 2014 ?

Ma seule ambition actuellement, c’est d’être maire des Parcelles assainies. Nous ne négocions même pas avec ça. Les Parcelles assainies représentent tout pour moi.

Mbaye Ndiaye a les mêmes ambitions. Comment allez vous négocier avec l’Apr dès lors que vous soutenez  Macky Sall ?

Je vous dis que je ne négocie pas ça. Il n y a pas à chercher midi à 14 heures. Nous avons besoin de la mairie (Parcelles) parce que les gens sont fatigués. Nous faisons de la politique de développement et nous ne comptons pas laisser la mairie à personne. En 2009, nous avions gagné la mairie, on nous a volé la victoire. On a installé une personne à la mairie avec la complicité de Pape Diop qu’il a finalement trahi.

Vous voulez parlez de Moussa Sy ?

Je ne voudrais pas citer de nom. Aujourd’hui, cette personne a trahi les populations. Je pense que les gens doivent me laisser la maire en 2014.

Votre électorat ne s’est-il pas effrité depuis 2009, au regard des résultats que vous avez obtenus aux dernières législatives ?

Il ne faut pas confondre les législatives aux locales. Je précise que ce n’est pas le Mac qui était en compétition mais la Cap 21 et sa liste qui a été sanctionnée. Ce qui était logique. Si le candidat Abdoulaye Wade est sanctionné, je ne vois pas pourquoi la Cap 21 ne serait sanctionnée.

La presse a parlé de votre mariage avec l’ancienne miss Sénégal 2010, Penda Ly. Qu’en est-t-il exactement ?

 Rire ! Au Sénégal, les gens sont généreux à mon  égard. A chaque fois, il me souhaite de belles choses. C’est une rumeur qui me fait sourire. Non, plus sérieusement, je ne connais pas Penda Ly. Malheureusement, cette rumeur affecte la fille. Moi, j’ai l’habitude.

Enquete plus

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*