Démissionnaire de la magistrature, le juge Ibrahima Dème «n’exclu(t) rien»

Dans sa lettre de démission, le juge Ibrahima Dème n’a pas indiqué le chemin qu’il compte prendre après qu’il a claqué la porte de la magistrature. D’aucuns lui prêtent des ambitions politiques, mais l’intéressé garde le suspense tout en laissant entendre que tout est possible.

«Je n’exclut rien, a-t-il confié à L’Observateur, qui l’a joint par téléphone. Depuis ce matin (hier, mardi, lendemain de sa démission, Ndlr), la question qui revient, c’est si cette démission ne cache pas un engagement politique. Alors jeudi, je vais organiser un point de presse pour en parler.»

Dans une lettre distribuée à la presse, Ibrahima Dème a annoncé son départ de la magistrature. Signalant qu’un peu plus d’un an après sa démission du Conseil supérieur de la magistrature (Csm), pour dénoncer, notamment, l’immixtion de l’exécutif dans le fonctionnement de la justice, la situation n’avait pas évolué dans le bon sens.

Jusque-là, il était substitut général à la Cour d’appel de Dakar.

Pour le président de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums), Souleymane Téliko, la démission de son désormais ex-collègue «est une véritable perte pour la justice». Ce, souligne-t-il dans L’Obs, «compte tenu de ses qualités tant professionnelles qu’humaines».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*