Déraillement d’Eséka: un journaliste rescapé du train jure qu’il y a eu «près de 400 morts »

patrick_goldman_journaliste_rescape_003_ns_600_cameroon-info-p-net_800xm1x-288x300Tragédie d’Eséka: Rescapé du train de la mort, le journaliste Patrick Goldman jure qu’il y a eu «près de 400 morts !» Notre confrère pointe une communication mensongère sur le bilan humain. Il appelle à l’éviction du groupe Bolloré en charge depuis quelques années de la gestion du secteur ferroviaire au Cameroun.

Patrick Goldman est un des miraculés du train Intercity 152. Le journaliste-animateur camerounais a tenu à raconter ce qu’il a vécu au cours de son voyage  mouvementé. Il est intervenu dimanche 23 octobre 2016 en mi-journée sur Equinoxe télévision. Au motif qu’il veut être les porte-voix des sans-voix, il a dénoncé l’attitude des autorités, accusés de grossiers mensonges.

«Lorsqu’on dit qu’il n’ y a que 60 Camerounais qui ont perdu leur vie, je dis il y a le Lac Nyos, Nsam Efoulam, Je crois que Vous imaginez un train qui va à 300 Km/heure, qui porte plus de 1000 personnes, qui pèse des tonnes, qui est vraiment en hauteur  et qui tombe, qui chute, une chute libre, dans ravin, qui a des centaines de personnes et qu’on vienne vous dire qu’il n’y a que 60 morts ? Je crois qu’il faut qu’on soit dans  des affabulations, des schémas, qui n’ont rien à voir avec ce que moi j’ai vécu», fait-valoir l’homme de média.

Il jure qu’il a compté cinq fois plus de cadavres que ceux que le bilan officiel brandit. «J’ai vécu un drame ! Je dis qu’il y a eu près de 400 morts !», éructe-t-il sur le plateau de l’émission de débat Droit de réponse. Sa principale cible ce sont les quatre membres du gouvernement qui se sont rendus à Eséka vendredi. « Ils sont allés faire une réunion au stade pour d’abord s’accorder sur ce qu’on va aller dire quand les médias vont nous interroger. Il faut qu’on fasse bonne figure, il faut que mon costume soit vraiment bien dressé et qu’on dise ci ou ça. Qu’on s’accorde sur le mensonge national à déverser sur la place publique. C’est un scandale ! C’est une catastrophe !», s’emporte Patrick Goldman.

L’homme en colère dénonce une culture très enracinée du mensonge dans son pays.  «Le Cameroun a des questions à se poser. Vous comprenez, il y a quelque chose un pays qui ne va pas dans ce pays où on a érigé le mensonge  en style de vie, qui devient une carrière, une fonction,  un métier pour des gens. Au mépris de la vie humaine. Au mépris de la vie des individus ». Il s’en prend aussi au groupe Bolloré, propriétaire de l’entreprise ferroviaire Camrail. Il souhaite que l’Etat camerounais retire à cette multinationale française la gestion du secteur du rail. « Bolloré a montré toutes ses incapacités partout où il est passé. Cette fois-ci il a tué des centaines de Camerounais innocents qui voulaient simplement partir de Yaoundé pour Douala et qui ont payé de leur argent et ils ont payé de leur vie».  

Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info

http://africa24monde.com/actualite/view/deraillement-d-eseka-un-journaliste-rescape-du-train-jure-qu-il-y-a-eu-pres-de-400-morts.html

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*