Des conversations des présidents malien et gabonais écoutées en France

c5f87837740090bedfc9c0869f3ead9900177750C’est une révélation du site d’information Mediapart : les présidents du Mali IBK et du Gabon Ali Bongo ont été écoutés par la justice française dans le cadre de l’enquête sur Michel Tomi. L’homme d’affaires corse, qui est à la tête d’un empire financier en Afrique, a été mis en examen il y a un an pour corruption d’agent public étranger, faux et usage de faux. C’est en mettant ses téléphones sur écoute que la justice a intercepté, en 2013 et 2014, de nombreuses conversations entre Michel Tomi et les deux présidents.
Les extraits des écoutes publiés par Mediapart, ce vendredi matin, montrent que l’homme d’affaires corse est aux petits soins avec les présidents malien et gabonais, et qu’il multiplie les cadeaux luxueux. Dans une conversation du 4 octobre 2013, Michel Tomi demande à Ibrahim Boubacar Keïta des nouvelles d’un véhicule Range Rover qu’il lui aurait offert. « Impeccable, impeccable », répond le chef de l’Etat pour dire sa satisfaction.

Dans une écoute, Michel Tomi propose au président IBK d’utiliser son jet privé, et lui demande s’il est content du manteau ou des costumes de luxe qu’il lui a fait livrer. Le président malien apprécie manifestement et demande à son ami, qu’il appelle « Michel », qu’on lui confectionne aussi des habits de campagne. Les deux hommes parlent de tout, aussi bien d’une paire de lunettes, que de l’achat de l’avion présidentiel.

On sent dans les écoutes retranscrites par Mediapart une grande complicité entre les deux hommes, qui se tutoient. Michel Tomi rappelle même une fois au président malien de prendre ses médicaments.

Même proximité avec le chef de l’Etat gabonais

L’homme d’affaires est aussi aux petits soins avec Ali Bongo. Le 20 juillet 2013, le président gabonais et son épouse passent des vacances sur le yacht de Michel Tomi. Les deux hommes parlent affaires, et aussi femmes : le Corse évoque une belle hôtesse bulgare qu’il garde en réserve pour un prochain voyage du président gabonais, quand il sera seul.

Mediapart résume : « L’homme d’affaires est là pour rendre la vie plus douce aux deux présidents, en échange de pouvoir faire prospérer ses affaires. »

Pour l’instant, le Mali et le Gabon n’ont pas réagi de manière officielle, mais dans l’entourage direct du président malien, on se dit ce vendredi indigné par ces écoutes. « La justice française aurait dû se dire qu’il y a des limites », confie un proche du chef de l’Etat. Notre interlocuteur juge par ailleurs « dégueulasse » la publication de ces écoutes par le site Mediapart.
RFI

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*