Des officiers des Emirats Arabes Unis se filment en train de violer et torturer des hommes dans les « prisons secrètes » du Yémen

Par Tyler Durden

Des centaines de prisonniers du sud du Yémen, détenus sur des soupçons d’appartenance à Al-Qaida ou à Daech, sont systématiquement violés, torturés et humiliés dans au moins cinq des 18 « prisons secrètes » contrôlées par les Émirats Arabes Unis, selon sept témoins qui ont parlé à AP, qui a également obtenu des lettres et des dessins sortis clandestinement d’une prison d’Aden.

Les Emiratis ont déporté des centaines d’hommes yéménites dans un réseau d’au moins 18 prisons secrètes, soupçonnés d’être des militants d’Al-Qaïda ou de l’État islamique. Les prisonniers sont détenus sans inculpation ni procès….

Des témoins ont déclaré que des gardes yéménites travaillant sous la direction d’officiers émiratis ont utilisé diverses méthodes de torture et d’humiliation sexuelle. Ils ont violé des détenus tandis que d’autres gardiens filmaient les agressions. Ils ont électrocuté les parties génitales des prisonniers ou accroché des pierres à leurs testicules. Ils ont sexuellement agressé les autres avec des bouts de bois et des barres d’acier.

« Dans certains cas, ils violent le détenu, le filment pendant le viol, l’utilisent comme un moyen de le forcer à travailler pour eux « , a-t-il dit sous couvert d`anonymat, pour des raisons de sécurité. – AP

« Ils vous déshabillent complètement, puis attachent vos mains à un poteau d’acier à droite et à gauche pour que vous soyez étendu écartelé devant eux. Puis la sodomisation commence « , a déclaré un père de quatre enfants.

De l’intérieur de la prison d’Aden, les détenus ont fait passer clandestinement des lettres et des dessins à l’AP sur les abus sexuels. Les dessins ont été réalisés sur des feuilles de plastique avec un stylo à encre bleue. Le dessinateur a indiqué à l’AP qu’il avait été détenu l’année dernière et qu’il avait été dans trois prisons différentes. « Ils m’ont torturé sans même m’accuser de quoi que ce soit. Parfois, j’aimerais qu’ils m’inculpent pour que je puisse avouer et mettre fin à cette souffrance « , dit-il. « Le pire, c’est que je souhaite la mort tous les jours et que je ne la trouve pas. »

Le père de quatre enfants a déclaré que les cris sous des coups sont parfois si intenses qu’il peut sentir la cellule trembler. « C’est au-delà de l’imagination », a-t-il dit. –AP

Les photos ci-dessous, supposées sorties clandestinement d’Aden, représentent un homme suspendu à des chaînes pendant qu’il est électrocuté. Dans une autre, un détenu se blottit sur le sol entouré de chiens qui grognent pendant qu’on le bat à coups de pied. Il y a aussi des représentations graphiques d’un viol anal.

« Nu après avoir été battu », dit la légende. Un autre dessin montre le rectum d’un homme en train d’être ouvert de force.

« C’est comme ça qu’ils fouillent les prisonniers, » dit la légende.

800 (13)

Lorsque les détenus ont tenté de se rebeller en mars – organisant trois grèves de la faim pour protester contre leur traitement, 15 officiers émiratis se sont présentés avec des chiens pour encore plus de torture sexuelle – après avoir forcé les hommes à rester debout au soleil pendant des heures.

L’incident de mars a débuté lorsque les soldats ont ouvert les cellules à 8 heures du matin, ont ordonné à tous les détenus de se rendre dans la cour de la prison, puis les ont alignés et les ont forcés à se tenir debout sous le soleil jusqu’à midi. Lorsque la troupe émiratie est arrivée, les détenus ont eu les yeux bandés, ont été menottés et conduits en groupe ou individuellement dans une pièce. Les Emiratis ont dit aux victimes de se déshabiller et de s’allonger, puis d’écarter les jambes, de toucher leurs organes génitaux et de sonder leurs rectums.

« Vous détruisez ma dignité », a-t-on entendu pleurer un prisonnier. Un second a crié aux Emiratis : « Etes-vous venus nous libérer ou nous déshabiller ? »

Les Emiratis ont répondu en hurlant : « C’est notre travail ! » Les hommes criaient et pleuraient. Ceux qui résistaient étaient menacés par des chiens qui aboyaient et battus jusqu’au sang. –AP

Un prisonnier d’âge moyen a dit qu’il était en prison depuis deux ans et qu’il a été déplacé dans le réseau de prisons secrètes où il a subi 21 interrogatoires – au cours desquelles il a été torturé à l’électricité, battu et attaqué par des chiens alors qu’il avait un bandeau sur les yeux et était enchaîné.

800 (7)

« Ils m’ont frappé avec des fils électriques, avec de l’acier, m’ont envoyé un choc électrique, ou bien ils m’enlèvent les vêtements à l’exception des sous-vêtements et piétinent mon corps et mon visage avec leurs bottes. « Les soldats te soulevaient dans les airs et te jetaient au sol. »

Un prisonnier a donné à AP les noms de plusieurs tortionnaires qui, selon lui, viennent des Émirats Arabes Unis.

L’un des tortionnaires les plus brutaux est Yéménite, un ancien prisonnier appelé Awad al-Wahsh, qui a été détenu et torturé avant d’accepter de travailler avec les Emiratis, ont déclaré quatre témoins à l’AP. Son superviseur, Yosran al-Maqtari, n’a pu être joint pour faire des commentaires. Al-Maqtari est le chef de la lutte antiterroriste d’Aden.

Les autres tortionnaires nommés par les détenus sont des officiers émiratis connus des prisonniers par leur nom de guerre : Abu Udai, Abu Ismail et Hitler. –AP

800 (14)

Les Américains sont-il au courant ?

AP rapporte que « sur les cinq prisons où AP a trouvé des cas de torture sexuelle, quatre sont à Aden – et « du personnel américain a été vu à la base de Buria » où des abus sexuels ont eu lieu.

Le premier cas est celui de la base de Buriqa – le quartier général des forces émiraties. Le deuxième se trouve dans la maison de Shallal Shaye, le chef de la sécurité d’Aden, étroitement lié aux Émirats arabes unis, et le troisième se trouve dans une boîte de nuit transformée en prison appelée Wadah. Le quatrième est à Beir Ahmed, où les atrocités de Mars ont eu lieu.

Des militaires américains ont été vus à la base de Buriqa, ainsi que des mercenaires colombiens, selon deux prisonniers et deux agents de sécurité. Les détenus ne pouvaient pas dire si les Américains, dont certains portent des uniformes militaires, sont des membres du gouvernement américain ou des mercenaires.

Mais ce sont les Émirats arabes unis qui ont pris le contrôle du sud du Yémen. –AP

Selon AP, deux prisonniers affirment qu’ils pensent que le personnel américain en uniforme doit être au courant de la torture – soit à cause des cris, soit à cause des preuves de torture sur les détenus. Cela dit, les prisonniers ont dit qu’ils n’avaient pas connaissance de l’implication directe d’Américains dans les abus.

« Les Américains utilisent les Emiratis comme gants pour faire leur sale boulot « , a déclaré un haut responsable de la sécurité à la prison de Riyan, dans la ville de Mukalla.

Deux autres responsables de la sécurité, qui étaient autrefois proches des Émiratis, ont déclaré que des mercenaires, y compris des Américains, sont présents dans tous les camps et sites militaires émiratis, y compris les prisons. Leur mission est principalement de monter la garde. –AP

Le département d’État américain a qualifié les allégations de l’AP de  » préoccupantes » et a demandé aux Émirats arabes unis d’enquêter.

« Nous appelons toutes les parties en conflit, y compris les Émirats arabes unis, à traiter les prisonniers et les détenus avec humanité et à veiller à ce que les allégations de mauvais traitements fassent l’objet d’une enquête rapide et approfondie « , a déclaré le ministère dans un communiqué.

L’AP a d’abord interrogé le Pentagone sur les graves violations des droits de l’homme commises par les Émirats arabes unis il y a un an. Mais en dépit des rapports bien documentés de torture signalés par l’AP, les groupes de défense des droits de l’homme et même les Nations unies, le major de marine Adrian Rankine-Galloway, porte-parole du Pentagone, a déclaré que les États-Unis n’ont vu aucune preuve de mauvais traitements infligés à des détenus au Yémen.

Néanmoins, il a qualifié ces allégations de « préoccupantes » et a déclaré : « Les États-Unis prennent toutes les allégations d’abus au sérieux, bien que nous n’ayons pas d’informations probantes pour le moment.

Les responsables américains ont reconnu que les forces américaines reçoivent des renseignements des partenaires des Émirats arabes unis et ont participé à des interrogatoires au Yémen. Mais Rankine-Galloway a dit qu’il ne pouvait pas faire de commentaires sur le partage de renseignements avec ses partenaires. –AP

Alors que les responsables des EAU n’ont pas répondu à l’AP, leurs représentants de l’ONU à Genève ont publié une déclaration affirmant que le gouvernement Yéménite contrôle parfaitement ses prisons.

« Les Émirats arabes unis n’ont jamais géré ou dirigé de prisons ou de centres de détention secrets au Yémen « , a déclaré la délégation.

Cela dit, AP note que le ministre de l’Intérieur du Yémen a déclaré qu’il n’a aucune autorité sur les prisons et qu’il doit demander la permission aux Émirats arabes unis pour entrer à Aden, où une grande partie de la torture sexuelle a été signalée.

Selon une enquête de l’AP de l’année dernière, la Chambre des représentants a voté le 24 mai pour demander au secrétaire à la défense, Jim Mattis, de déterminer si des militaires ou des agents des services de renseignement américains ont enfreint la loi lors de l’interrogatoire de détenus au Yémen. Le vote était un amendement au projet de loi d’autorisation de la défense de 2019 toujours à l’étude au Sénat, présenté par le représentant Ro Khanna (D-CA). Selon les termes de l’amendement, le ministère de la Défense devrait soumettre un rapport dans 120 jours.

Khanna a qualifié le rapport de mercredi de l’AP de  » révélation choquante de violations des droits de l’homme en cours au Yémen « .

« Maintenant, nous avons besoin du Pentagone plus que jamais pour lancer une enquête et déterminer si notre pays a été impliquée dans la torture de prisonniers au Yémen « , a-t-il dit.

Les « violations graves et systématiques » dans les prisons gérées par les Émirats arabes unis ont également été recensées par Amnesty International, qui a déclaré que le rejet des allégations par le Pentagone était « choquant ».

Kristine Beckerle, chercheuse pour Human Rights Watch au Yémen, a déclaré que son organisation avait également dénoncé des abus. « Selon les États-Unis, le fait qu’ils n’aient trouvé aucune preuve de mauvais traitements infligés aux détenus montre qu’ils ne cherchaient pas beaucoup « , a-t-elle dit. –AP

La création d’Al-Qaïda

AP affirme que beaucoup gens pensent que le contrôle des Émirats arabes unis sur le sud du Yémen et leurs abus sexuels sur les détenus pousse des civils innocents dans les bras de l’extrémisme.

« Dans les prisons, ils commettent les crimes les plus brutaux « , a déclaré un commandant yéménite actuellement à Riyad. « Se joindre à Daech et à Al-Qaida est devenu un moyen de se venger de tous les abus sexuels et de la sodomisation. A partir des prisons, ils fabriquent Daech. »

Source:https://www.zerohedge.com/news/2018-06-21/uae-officers-film-themselves-raping-torturing-men-yemen-hidden-prisons

Traduction : Pascal – revu par Martha – Réseau International

In the Spotlight

La ruée vers l’énergie nucléaire en Afrique

by Babacar Diop in ACTUALITE 0

Dix États africains ont clairement indiqué leur intention de construire des centrales nucléaires. Ils prennent la suite de l’Afrique du Sud, seul pays du continent à disposer d’une usine dotée de deux réacteurs. Jeudi, 20 [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*