Dialogue politique : Idy est-il devenu la « constante » de l’opposition ?

IDY SECK« Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là », la chute du célèbre poème Ultima Verba semble décidément inspirer Idrissa Seck qui, pour les intimes, en avait fait un slogan lors de la campagne présidentielle de 2012, allant jusqu’au bout du « rejet de l’illégalité » comme il aimait dire. Il en a payé le prix que l’on sait, mais cette hargne semble encore le poursuivre. « Je ne négocie pas sur les principes et les vertus », rétorquait-il à ce proche collaborateur se confiant à nous, lorsqu’il voulut, à l’époque, le pousser sur les routes d’une campagne qu’il ne fera jamais. Les supputations vont bon train sur les éventuelles retombées du dialogue ouvert ce 28 mai par le Président Macky Sall et on se demande déjà ce qu’il va en sortir à terme. Mais s’il y a bien un fait à retenir est qu’Idrissa Seck est dorénavant bien ancré dans l’opposition dans laquelle il semble s’affirmer en leader « naturel ».

Il sera difficile aux autres partis de continuer dans une forme de clair-obscur face à la volonté de Macky Sall de vouloir dialoguer et, en même temps, de « réduire son opposition à sa plus petite expression ». Le jeu en est bien clair de voir le leader de Rewmi hier entouré de ses militants et délégués des 45 départements du pays et de l’autre côté un Président voulant coûte que coûte afficher le caractère national d’un dialogue « cent réponses » comme l’ont si bien écrit certains journalistes et observateurs avertis.

« Nous le portons dans nos cœurs même s’il s’arrache de nos yeux. Le Rewmi, pour nous c’est une passion ; même si on ne voit pas notre leader que le monde entier nous dispute, on vit notre attachement aux valeurs que nous partageons avec lui », s’enflamme cette militante du Fouta.

Cet autre étudiant venu de Bambey se veut rassurée, sortant d’une entrevue avec son leader « Idrissa nous a promis de venir nous voir dans nos villages les plus éloignés et nous le croyons ».

Pendant que le Pds d’Abdoulaye Wade donne tout l’air d’un bateau ivre sans capitaine présent à bord et que sa participation au dialogue obtenu au forceps par le locataire de l’Avenue Senghor, intrigue après moult volte-face, Idrissa Seck, tente-t-il de se tailler le costume d’un nouveau leader de l’opposition aux ambitions plus que claires ? L’occasion faisant le larron, est-il sûr que Seck tire les marrons même s’il semble faire feu de tout bois pour l’instant ?

Au même moment, dans les coulisses de la rencontre de Yoff au siège du Parti Rewmi, on avait l’impression d’assister à une fabrique bien entamée d’un leader de l’opposition déterminé à reconquérir le cœur du pays. Tout y était : consultations tous azimuts, désignation des lieutenants dans les plus lointaines parties du Sénégal, et, fait inhabituel dans nos partis politiques, Idy a même parlé de relève. Le nouvel exercice auquel s’est prêté celui qu’on disait si distant était une forme de relooking d’un leader en fusion avec ses sympathisants.

En tout cas, son discours du 28 mai est celui d’un farouche opposant se positionnant désormais comme l’alternative d’un régime qu’il dit souvent « carent ». Surmontera-t-il les nombreux obstacles sur son chemin tout en entretenant cette flamme de la réconciliation avec le Sénégal de l’intérieur ? L’avenir proche nous y édifiera !

BBC

Sénégal7 
In the Spotlight

Cese : Mimi Touré manoeuvre déjà

by bishba in Politique 0

Elle n’a pas attendu sa passation se service avec Aminata Tall pour démarrer ses activités au sein du Conseil économique social et environnemental. Aminata Touré ne veut en effet pas perdre de temps. Elle a [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*