Douleurs lors des rapports sexuels chez la femme ou dyspareunie.

????????????????????????????????????????????Il s’agit de douleurs soit lors de la pénétration soit pendant l’acte sexuel soit après. Cette douleur peut-être superficielle ou profonde.

Les causes:

-Ce peut-être une malformation vulvo vaginale plus ou moins évidente d’où l’intérêt d’un examen médical.

-Elle peut aussi survenir après un accouchement et être la séquelle d’une épisiotomie.

-une infection locale telle qu’une vaginite mycosique ou bactérienne, une bartholinite (infection des glandes de Bartholin au niveau des grandes lèvres), une poussée d’herpès, une gonococcie, etc… entraînera à l’évidence des douleurs.

-La sécheresse vaginale est une grande pourvoyeuse de dyspareunie par manque de lubrification pendant l’acte :

* elle peut-être hormonale dès la pré-ménopause et à fortiori après la ménopause, une crème à base d’oestrogène (ou un traitement substitutif de la ménopause) réglera le problème.

* elle peut être secondaire à une maladie avec sécheresse de toutes les muqueuses (oeil, bouche, etc..) comme dans le syndrome de Goujerot-Sjšgren.

* elle peut être psychologique (peur, pas de désir, trouble de la libido)

-L’endométriose (présence anormale de muqueuse utérine ailleurs que dans l’utérus) avec ses douleurs en fin de règles peut participer à une dyspareunie.

-On a accusé aussi des malpositions utérines ou le syndrome de Masters et Allen (déchirure de la face postérieure du ligament large), mais c’est très discuté.

-Dans nombre de cas, l’examen est normal et l’origine est psychique :

Il s’agit de troubles psychologiques de type phobiques (peur irraisonnée de certaines choses ou situations) semblables à ceux rencontrés dans la frigidité, qui souvent précède la dyspareunie.

Les différentes phobies rencontrées sont plus ou moins associées chez une même femme, certaines peurs sont conscientes d’autres plus ou moins inconscientes.

Les phobies conscientes :

* peur de se montrer nue

* peur d’être salie, d’être contaminée par des maladies.

* peur de la douleur, surtout après une première expérience malheureuse.

* peur de perdre la pureté, d’être assimilée à une « femme facile ».

* peur d’être répudiée par ses proches, ses parents, d’être montrée du doigt.

Les phobies inconscientes :

* peur de l’échec

* à l’inverse, peur de la réussite : « que faire si elle y prend goût, va-t-elle devenir une fille perdue ou prostituée. » « Va-t-elle perdre son contrôle sur elle-même »

* peur de perdre ses qualités maternelles ou au contraire peur de la grossesse.

* peur de renoncer à son éducation, surtout aux principes moraux et religieux inculqués dans l’enfance (par des parents rigides en général)

* peur d’être contrôlée, dominée par l’homme

* Immaturité de caractère avec peur de rompre avec ses parents (cordon ombilical)

* peur de l’inceste

* peur de perdre son identité personnelle, d’être inséminée par quelqu’un, même à son insu.

* peur d’être rejeté, abandonné par l’homme.

Il existe souvent une dualité du comportement de type rapprochement-évitement de « l’objet de convoitise sexuel » (peur de l’échec comme peur de la réussite, etc…) voire une peur de s’abandonner ou d’être abandonné, situation assimilée à la perte d’identité et donc à la mort.

Le traitement est souvent difficile et fera appel à la psychiatrie.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*